Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: « Il était nécessaire que je vienne dans ce pays meurtri par le néocolonialisme français» Kemi Seba  

L’activiste panafricain, Kemi Seba en visite à Bangui@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 10 décembre 2018—Ndjoni Sango : L’activiste panafricain, Kemi Seba visite la Centrafrique, pays victime de complot des grandes puissances mondiales. En visite d’une semaine d’activisme populaire, il est venu mobiliser le peuple centrafricain au tour du combat panafricain contre la françafrique.

C’est tôt ce matin 10 décembre 2018 que le président de l’ONG Urgences Panafricanistes a foulé le sol centrafricain. Une foule des jeunes, hommes et femmes l’a accueilli en héros dès son arrivée à l’aéroport international de Bangui M’poko.

Face à la foule déchaînée en présence de la presse locale et internationale, Kemi Seba n’a pas caché l’agenda de sa mission pour la cause de ce peuple meurtri.

« Il était nécessaire que je vienne dans ce pays meurtri par le néocolonialisme français, asphyxié  par la barbarie, par l’oligarchie française. Je précise bien oligarchie française, je différencie le prolétariat français qui souffre lui aussi de ses élites françaises qui agissent de manière meurtrière et aveugle vis-à-vis de bon nombre des populations tant qu’elles peuvent faire le maximum d’argent. Et la manière dont ils ont fait en sorte que ce pays puissant, riche en minerais soit aussi un pays pauvre, divisé et meurtri, c’est quelle que chose qui ressort du néocolonialisme. Et donc, il est tout à fait normal nous nous sentions obligés d’intervenir, de venir parler, d’organiser la population en vue des prochaines étapes par rapport à cette démarche d’autodétermination », a déclaré Kemi Seba, président de l’ONG Urgences panafricanistes.   

L’ONG Urgences panafricanistes est une organisation qui lutte pour promouvoir le processus de l’unité africaine, faisant en sorte que les populations africaines puissent accéder à un principe inaliénable et universelle d’autodétermination de l’humanité. Ce processus s’active de plus en plus dans les pays d’Afrique francophone qui demeurent sous le jour de l’oligarchie française.

« En Afrique francophone, nos pays sont les plus incarcérés aujourd’hui dans le processus néocolonial. C’est la raison que notre organisation mène un travail de fond depuis un certain nombre d’années visant à pousser les populations à accéder à l’étape de l’autodétermination. Nous sommes dans une démarche d’une tournée dans les pays d’Afrique pour établir ce que nous appelons le procès populaire du peuple contre la françafrique », a-t-il renchérit.

Pour se débarrasser du néocolonialisme français, Kemi Seba estime que la société civile centrafricaine doit se mobiliser et s’organiser. Car pour ce combat contre le système, la réponse se trouve chez le peuple centrafricain qui s’engage à se libérer de la Françafrique.

Après le succès de la mobilisation du peuple au Burkina-Fasso où 3000 personnes se sont réunies au tour de la démarche de l’ONG Urgences Panafricanistes, l’Activiste panafricain a décidé d’intervenir aux côtés du peuple centrafricain meurtri par le néocolonialisme français depuis son indépendance en août 1960.

Plusieurs activités sont prévues au cours du séjour de Kemi Seba à Bangui sous le thème : « Procès du peuple contre la Françafrique ».

Coïncidence! La ministre française des armées, Florence Parly arrive aussi ce lundi soir à Bangui, capitale de la République Centrafrique pour une visite de 24 heures.

Commentaires

commentaires