Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : le grand procès du peuple contre la françafrique ce dimanche avec Kemi Seba

L’activiste panafricain Kemi Seba à l’hôtel Oubangui @Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 15 décembre 2018—Ndjoni Sango : Après le Burkina-Fasso, l’Activiste panafricain Kemi Seba a débarqué en Centrafrique pour mobiliser la population contre la françafrique à travers un procès populaire. Ce dimanche 15 décembre 2018 au palais de l’omnisports à Bangui, une mobilisation de grande envergure se fait pour la tenue du procès du peuple contre cette politique française qui a meurt le peuple centrafricain depuis des décennies.

Le procès du peuple contre la Françafrique très attendu à Bangui, capitale de Centrafrique, se fera du même schéma un peu partout dans les pays d’Afrique où sillonne l’Activiste panafricain.

« Alors, ce procès va se faire, c’est le même schéma un peu partout dans les pays d’Afrique où nous allons. C’est dire qu’il a une partie civile, un certain nombre de personnes qui s’inscrivent auprès de l’ONG Urgences Panafricanistes depuis deux semaines pour représenter les différents secteurs de la population et qui viendront plaider selon un angle d’attaque contre la Françafrique en exprimant un certain nombre de méfaits que la Françafrique aura effectués. Les agriculteurs n’ont peut être pas la même réalité que le médecin, le banquier etc… chacun vit la Françafrique de manière différente », a indiqué le président l’ONG Urgences Panafricanistes, Kemi Seba dans une interview exclusive à Ndjoni Sango.

Le procès du peuple contre la Françafrique a commencé au Burkina-Fasso, et aujourd’hui en Centrafrique afin de s’étendre dans tous les pays d’Afrique de la zone franc. La Centrafrique attire une intention particulière pour cette démarche de l’autodétermination du peuple africain.

«On s’est dit que la Centrafrique est un pays particulièrement meurtri par les affres du néocolonialisme et qu’il était nécessaire pour nous de pouvoir venir donner la parole à la population qui, depuis trop longtemps, est privé de son droit le plus inaliénable qui est la liberté d’expression, le droit d’exprimer sa doléance face au néocolonialisme qui a assassiné, qui a dépouillé et qui continue à le faire aveuglement la population», a-t-il dénoncé.

A en croire Kemi Seba, le message principal de tous les procès du peuple contre la Françafrique reste l’autodétermination du peuple africain.

« Nous sommes en 21ème siècle, nous  sommes en 2018. Il n’est pas acceptable et nous n’accepterons plus jamais que nos terres qui regorgent d’autant de richesses, les pays d’Afrique de la zone franc soient astreints à la résidence  de la colonisation et à la néo colonisation. Il faut arriver à un moment d’être capable de couper le cordant ombilicale, d’aller de l’avant, de se transcender et de dépasser, c’est l’orientation, c’est la réflexion politique qui est la nôtre.  C’est le message de l’autodétermination, d’optimisation, et de prise en charge de ses responsabilités », at-il renchérit.

Pour l’activiste panafricaniste, ce que les élites ne font pas pour le peuple, le peuple le fera pour lui-même. Car en Afrique francophone, a-t-il martelé,, les élites ont démissionné de leur rôle, et c’est à la société civile africaine de prendre sa responsabilité plus que jamais.

Séjourné à Bangui depuis lundi dernier, Kemi Seba entame la deuxième étape de sa tournée africaine sous le thème « Procès du peuple contre la Françafrique » après Ouagadougou.

Commentaires

commentaires