Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: « que la jeunesse s’oppose à tout ce qui est du néocolonialisme français » Kemi Seba

Kemi Seba en plein procès du peuple contre la françafrique au palais de l’omnisports à Bangui@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 16 décembre 2018—Ndjoni Sango : L’Activiste panafricain, Kemi Seba, appelle la jeunesse centrafricaine au boycott de tout ce qui est de la France. Un appel lancé dimanche 16 décembre 2018, au cours du procès populaire du peuple contre la Françafrique tenu ce jour 16 décembre au Palais de l’omnisports de Bangui.  

Le « Procès du peuple contre la Françafrique » initié par son ONG Urgences Panafricanistes a finalement eu lieu. Un public chaleureux et enthousiasmé a pris d’assaut le Palais de l’Omnisports de Bangui pour assister à ce procès à travers lequel le tribunal populaire juge par contumace l’accusé dont la Françafrique.

Face à la foule à l’Omnisports de Bangui, Kemi Seba appelle la jeunesse du pays à s’opposer à tout ce qui est l’oeuvre de la Françafrique. S’opposer à tout à ce qui est de la Françafrique, il fait allusion notamment aux médias français qui accompagnent d’après lui et les témoignages du public, le conflit en Centrafrique et les manœuvres dilatoires de manipulations des autorités françaises qui asphyxient politiquement et économiquement le pays.

Pour ce faire, il lance un appel au public d’adhérer à l’ONG Urgences panafricanistes et au mouvement « KITE » de Pascal Bida Koyagbelé, afin de mener un certain nombre d’actions contre le néocolonialisme français en Centrafrique.

Le Procès contre la Françafrique s’est déroulé de la manière dont un procès se tient dans un palais de la justice. L’Ouverture de l’audience par le président de la Cour dont Kemi Seba puis, le greffier Hery Djehuty  et le procureur Jehu Jonathan Komboko en compagnie de Bida Koyagbelé, les témoins, les jurés et le public qui s’est prononcé sur les affres de la Françafrique qui ont meurtri la Centrafrique.

La sentence de ce procès était que la jeunesse centrafricaine s’organise, se mobilise dans la solidarité afin de faire franc commun contre le néocolonialisme français. Car, a-t-il déclaré, « ce que les élites ne font pas pour le peuple, le peuple le fera lui-même ». Il faut, selon lui, que la jeunesse centrafricaine boycotte tout ce qui ressort de la Françafrique.

Lundi dernier, l’Activiste panafricain est arrivé en Centrafrique pour, d’après lui, instaurer le « procès du peuple contre la Françafrique ». Cette visite vient suite à celle du Burkina-Fasso où il a mobilisé le peuple autour de cette démarche d’autodétermination du peuple africain vis-à-vis du néocolonialisme français.

Commentaires

commentaires