Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Bangui : La manifestation pacifique de ce mercredi reportée, un concert de casserole est prévu 3 fois par jour

Place des Martyrs

Place des Martyrs

Le rendez-vous donné pour une manifestation pacifique et géante de la société civile, ce mercredi 30 septembre 2015 a été reporté. « Nous avons décidé sur place de reporter la manifestation et nous avons demandé à la foule de rentrer chez elle, par ce qu’il y a des personnes de mauvaise intention qui cherchent à poser des actes ou encore porter atteinte à la notoriété de cette manifestation et de ma personne », déclare le coordonnateur de la société civile, Gervais Lakosso.

Alors qu’en réponse à l’appel du mouvement citoyen « Le Temps de Bêafrika », initié par la société civile, pour une marche pacifique ce mercredi 30 septembre 2015, tôt ce matin, la place des martyrs a pris d’assaut. La population venue de tous les coins de la capitale a répondu présent. Hélas, avec la visite du ministre de la sécurité publique, la manifestation a été reportée. Selon le coordonnateur, Gervais Lakosso, le report de cet évènement est due au fait qu’il y a des instruits avec des grenades qui ont voulu piller la station total. De peur que cette manifestation déroule autrement, il est important que la population se manifeste à la maison à travers un concert de casserole, matin, midi et soir tout en gardant le mot d’ordre jusqu’à la satisfaction des 11 revendications.

Gervais Lakosso avec la foule / @Eric NGABA

Gervais Lakosso avec la foule / @EmeryPaba

« Nous disons que notre mot d’ordre n’est pas levé, c’est seulement la manifestation géante qui devrait durée toute la journée que nous avons désengagé à cause des personnes mal intentionnées, qui déjà, tentent de casser la station total des martyrs, nous les avons repoussé. Raison pour laquelle on a arrêté la manifestation et demandé aux centrafricains qui ont suivi ce mot d’ordre à la lettre, de rester chez eux, de continuer à manifester chaque 7h, midi et 18h, concert de casserole jusqu’à ce que les 11 revendications soient satisfaits », explique Gervais Lakosso.

Tout en maintenant le mot d’ordre « désobéissance civique », Gervais Lakosso demande « à tous les centrafricains de rester  chez eux, à part le personnel de santé. Et que personne n’aille au travail, parce que demain, vous allez recourir encore dans les quartiers. Laissé-nous, la société civile, on ne fait pas la politique, nous ne cherchons pas à prendre le pouvoir, nous travaillons pour l’intérêt général de tout le peuple centrafricain y compris celui du gouvernement. Même s’ils ne veulent pas comprendre, ils vont le comprendre un jour à l’autre. Quand on a renversé le pourvoir au Burkina Faso, c’est grâce à la société civile qu’ils ont recouvré le pouvoir, mais s’ils ne travaillent pas bien, il ne faut pas qu’ils remettent l’irresponsabilité sur la société civile ».

Signalons que la société civile avec son « mouvement citoyen pour l’appropriation de la destinée du pays », suite au regain de violence dans la ville de Bangui, après la découverte macabre du corps sans vie d’un jeune musulman au quartier Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui pose 11 points phares de revendications à satisfaire avant la levée du mot d’ordre de désobéissance civique nationale, ses points sont entre autres le respect de la volonté du peuple souverain de Centrafrique par tous les organismes et organisations internationales dans leur relation avec le pays et leur implication dans la résolution de la crise, le redéploiement sans conditions et immédiat des Forces Armées Centrafricaines (FACA) sur toute l’étendue du territoire pour procéder au désarment des forces illégales et le rétablissement de la sécurité ; Le retrait des militaires français de l’opération Sangaris du territoire centrafricain ; L’application du mandat des casques bleus présents en Centrafrique. A défaut leur retrait du territoire centrafricain ; Le désarment volontaire ou forcé dans le 3ème, le 4ème, le 5ème et le 8ème arrondissement de Bangui ; et le désarment volontaire ou forcé de tous les groupes armés dans le Centre-est ainsi que dans le centre nord du pays.

Prince BANDA

Commentaires

commentaires