Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : Sylvain Sami dénonce les magouilles des politiques face à un peuple désespéré

Sylvain Sami 2

Mes chers compatriotes,

En cette date anniversaire du 29 mars de la perte du père fondateur, le Président Barthélémy Boganda, père de la nation, prêtre et député à l’assemblée Nationale française en tant que représentant de l’Oubangui Chari membre de l’Afrique Equatoriale Française, il fonde la République Centrafricaine qu’il proclame le 1er Décembre 1958.

 J’ai particulièrement une grande pensée pour lui et tous ceux qui ont travaillé pour le bien être de la Centrafrique.

Une vive pensée également pour tous ceux qui ont perdus la vie, sans aucune raison dans les différentes crises que le pays a connues.

Aujourd’hui, Nous avons une nouvelle opportunité de se concerter, de s’unir, de réconcilier en nous pardonnons réciproquement pour le devenir de la nation Centrafricaine et celle de sa population. Malheureusement, des différentes personnalités politiques, des anciens candidats à la Présidence, des élus du peuple et d’autres encore à fourvoyer l’autorité suprême ainsi le peuple qui les a élus.

Mais encore triste de constater que les vrais raisons de la revendication soit disant politiques des groupes armées est inexistantes. Au contraire ils se livrent aux pillages, à l’intimidation, à l’extermination de population civiles pour leur intérêts de leadership et d’exploiter frauduleusement nos ressources minières.

Tous ces faits qui se poursuivent sur le sol centrafricain, me laisse perplexe et montre à quel point que ce ne sont  pas les étrangers, mais bien au contraire nous même, on s’auto détruit.

Un an déjà, le Président Faustin Archange TOUADERA est au service de la nation, il multiplie différentes actions avec l’ensemble du gouvernement pour apporter un espoir, un changement, même si peu soit il encore à notre vue.

Moi qui suit un jeune leader, je ne me constitue pas comme un opposant et quand je fais des analyses ou critiques positives envers le gouvernement, c’est pour apporter un plus dont je contribue à éclairer mes compatriotes voir proposer des solutions aux leaders.

Mais au lieu de cela, certains leaders  et leur chiens de garde sont la que pour enfoncer le clou, dénigrer, empêcher les sorties de grises, car la soif du pouvoir et leur alliances maléfiques leur font miroiter le Palais de la Renaissance. Je vous le dis le pays ne vous appartiens pas et le peuple n’est pas votre esclave. Si vous poursuivez vos actions négatives, croyez moi vous y perdrez aussi.

Le pouvoir n’a pas de religion, ni d’ethnie ou de race, mais  il est sacré.

Il est temps pour nous de se donner les moyens d’une chance nouvelle de vie et d’aider notre beau pays à émerger, même au risque d’échoué, car l’échec n’est pas une fin.

La République Centrafricaine doit se relever avec ses filles et ses fils, soyons acteurs, unis pour  l’avenir et le développement.

Je fais appel au Président Faustin Archange TOUADERA, afin qu’il poursuive ses actions, de mettre fin à l’impunité et aux massacres de la population en instaurant la sécurité pour tous.

J’interpelle le gouvernent à rester solide, uni et à déployer toute stratégie, force et action pouvant rétablir l’autorité de l’état dans son ensemble.

J’interpelle les élus à l’assemblée nationale à se concerter, à proposer et légiférer en respectant le droit pour apporter des outils, solutions pouvant aider à consolider les institutions et e pays.

J’invite la communauté internationale à accélérer le processus du déblocage des fonds alloués, et  d’enlever l’embargo sur les armes, afin d’équiper nos Forces Armées Centrafricaine.

En retrouvant la sécurité totale dans la RCA, cela motivera les potentiels investisseurs directs à venir et permettre un développement économique et social.

Je réitère mon soutien, ma pensée à l’ensemble de mes compatriotes et je vous demande de rester vigilants, afin de ne pas vous laisser entrainer ou manipuler par ces sorciers vautours qui ne pensent qu’a détruire la RCA.

Vive la jeunesse, vive le peuple et vive la République Centrafricaine.

Paix en RCA

Commentaires

commentaires