Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : bientôt la formation de plus de 2000 éléments des unités spéciales mixtes de sécurité

Par NdjoniSango

Plus de 2000 éléments des unités mixtes de sécurité entreront en formation avant début d’automne, a annoncé le représentant spécial du SG de l’ONU à Bangui, Mankeur Ndiaye.

Ces éléments seront opérationnels pour sécuriser des civiles. Selon lui, la Minusca va devoir apporter son appui logistique pour l’opérationnalisation de ces USMS. Conformément à l’accord de paix signé début février entre 14 groupes armés et le gouvernement centrafricain, les USMS sont les corps paramilitaires devant comprendre des forces de défense et de sécurité centrafricaines, des casques bleus, et des éléments des groupes armés signataires de l’accord de paix.

Au cours de lancement du programme, en présence des membres du comité et les partenaires technique, des échanges sur la composition, l’emplacement du site de formation des USMS, l’identification des FACAS et Forces de sécurité intérieure (FSI) qui vont intégrer les unités ont été débattus. Le Premier Ministre Firmin Ngrebada, qui a lancé officiellement les activités des USMS parle d’un mécanisme de pacification du pays, « c’est un mécanisme qui doit nous permettre dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord, d’accélérer la pacification et la sécurisation du pays. Vu que la mission des unités spéciales mixtes de sécurité sera d’assurer et pacifier les couloirs de transhumance, de sécuriser les zones minières pour qu’elles reviennent sous le contrôle du gouvernement », a dit le chef du gouvernement.

Le Premier Ministre Firmin Ngrebada a indiqué en cette même occasion que pour une période transitoire de 24 mois, les USMS seront placées sous la supervision de l’état-major des Forces armées centrafricaines (FACA), avec le soutien de la mission onusienne de maintien de la paix MINUSCA. Aussi, il a annoncé que le budget de fonctionnement des USMS a été pris en compte dans le budget rectificatif de 2019 récemment examiné par les parlementaires.