Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: « l’embargo sur les diamants prive l’Etat d’importantes ressources » Faustin Archange Touadera à Anvers

Le président centrafricain Faustin Archange Touadera fait le plaidoyer sur le diamant à Anvers en Belgique

Le président centrafricain Faustin Archange Touadera fait le plaidoyer sur le diamant à Anvers en Belgique

 

Par Erick NGABA

Bangui 4 avril 2019–(Ndjoni Sango): Au musée du diamant où il a prononcé un discours-plaidoyer à Anvers en Belgique, le président centrafricain Faustin Archange Touadera mène un plaidoyer en faveur de la levée de sanction sur le diamant centrafricain imposée par le Processus de Kimberley depuis 2013. Car, pour le chef de l’Etat centrafricain, cette sanction qui devrait permettre de lutter contre le diamant du sang, fait perdre des ressources à l’Etat au profit des groupes armés et des trafiquants.

­Depuis le début de la crise politico-militaire en 2013, la filière diamant a connu une désorganisation depuis la production jusqu’à la commercialisation obligeant le Processus de Kimberley à émettre des sanctions sur le diamant centrafricain. Cette sanction pour lutter contre les diamants de sang est devenue d’après les autorités centrafricaines, inefficace, car les groupes armés exportent les diamants exploités illégalement, grâce aux réseaux et marchés parallèles.

En 2016, les nouvelles autorités issues des urnes se sont engagées à la stricte application des directives du cadre opérationnel édicté par le Processus de Kimberley en vue d’obtenir la levée de sanction sur les diamants du pays. En dépit de ces efforts, les groupes armés s’enrichissent à travers le diamant du pays. A Anvers, Faustin Archange Touadera fait le plaidoyer.

« Nous constatons avec regret que les exportations de pierres précieuses profitent plus aux trafiquants et aux groupes armés qu’à la caisse de l’Etat centrafricain. S’il y a un pays qui profite peu de ses richesses minières, c’est bien la Centrafrique.», a-t-il déploré.

La République Centrafricaine qui traverse une des crises les plus graves de son histoire, est entrain aujourd’hui, d’en sortir progressivement. Cette amélioration de la crise nécessite selon le président centrafricain l’appui multiforme de la communauté internationale.

« La communauté du diamant et certains Etats doivent aider et appuyer la République Centrafricaine à lutter contre les prédateurs dans le domaine du diamant », a plaidé Faustin Archange Touadera.

Il s’agit notamment pour le chef de l’Etat centrafricain de trouver des mécanismes pour rapatrier au profit de l’Etat centrafricain les lots de diamant illégalement exportés et saisis.

Depuis le 2 avril courant, le président centrafricain accompagné d’une forte délégation, organise à Bruxelles une foire économique. L’occasion pour les autorités centrafricaines d’exposer aux investisseurs européens les potentialités économiques que dispose la Centrafrique.

Commentaires

commentaires