Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Résultats partiels des élections en Centrafrique : Sylvain Sami appel les candidats à s’imprégner de l’Unité, Dignité et Travail

President SAMI

Président de l’Union Réconciliation, Sylvain SAMI

L’Autorité Nationale des Élections vient de publier les résultats partiels de l’élection présidentielle pour la ville de Bangui. A cet effet, le président de l’Union et Réconciliation, Sylvain Sami appel les candidats à la présidentielle de faire preuve de sagesse en respectant les trois mots d’ordre unité, dignité et travail, inscrits dans la constitution centrafricaine.

 « J’appelle tous les candidats à s’imprégner de ces trois mots d’ordre « Unité – Dignité – Travail » inscrits dans notre constitution », déclare-t-il.

Sylvain SAMI, Président d’Union et Réconciliation, rappel aux candidats la devise nationale « Unité – Dignité -Travail » du père fondateur Barthélemy Boganda. L’espoir du peuple centrafricain pour la Paix sonne comme un leitmotiv, mais la classe politique Centrafricaine apparaît toujours plus divisée. Cette situation ne permettra à aucun candidat élu de mener son programme, et ses objectifs dans des conditions favorables pour le changement.

« Je les invite à faire preuve de sagesse, et d’agir avec un grand sens de responsabilité. Dans un contexte où la République Centrafricaine fait face à des crises multiples, notre classe politique doit se remettre en question, se souder pour l’intérêt national », a-t-il dit, avant d’ajouter que « pourtant, celle-ci se livre dans le même temps toujours aux mêmes querelles politiciennes qui sont celui de prendre le pouvoir coûte que coûte et user de tous les moyens (corruption, fraude…) c’est bien une triste illustration pour ses échéances électorales qui m’avaient amené à ne pas y participer ».

À la suite des résultats qui seront validés par la cour constitutionnelle, Sylvain Sami invite le futur locataire du palais à se réunir avec les partis politiques autour d’idées communes « LA PAIX » et de travailler ensemble, afin d’apporter le vrai changement.

« Être chef ne consiste pas à faire preuve de vigueur, d’éloquence, d’audace ou d’habileté. Être chef ne consiste pas non plus à rassembler autour de soi des adhésions sentimentales ou des intérêts. Être chef consiste essentiellement à savoir faire travailler les hommes en commun, à reconnaître et à utiliser au mieux les capacités de chacun, à indiquer la place la plus efficace pour l’un comme pour l’autre, à donner à tout le sens de leur solidarité et de leur égalité devant la tâche dont ils sont responsables aux postes différents d’une même équipe », explique-t-il.

D’après lui, ce rappel s’inscrit dans un esprit d’Union et Réconciliation pour la paix et la construction de notre nation. En effet nous devons faire preuve d’honnêteté intellectuelle. Notons que dans l’histoire de la République centrafricain, qu’aucun président de la République n’a été élu sans avoir connu une cohabitation. Cela explique ces différentes signatures d’accords entre partis.

Martial Kochékpa

Commentaires

commentaires