Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Sylvain Sami et Symphorien Kparékouti s’opposent à la décision des candidats malheureux à la présidentielle

Sylvain Sami et KparékoutiDans les mêmes objectifs, de conduire la République Centrafricaine vers la réconciliation et une paix durable pour son développement, le Parti de l’Unité et Reconstruction (PUR) d’Eddy Symphorien Kparékouti et le parti d’Union et Réconciliation de Sylvain Sami tous, non partant dans ce scrutin réfutent en unanimité la décision prise par une vingtaine des candidats à l’élection présidentielle du 30 décembre 2015. Une décision à laquelle, ces candidats demandent l’arrêt du processus électoral en cours pour raisons d’irrégularités et fraudes massives qui auraient entaché le scrutin.

Le président du PUR et du parti d’Union et Réconciliation qualifient d’irresponsable cette décision. D’après eux, c’est une manière de prendre le peuple centrafricaine en otage et d’entretenir la crise qui a trop perduré. « Quel que soit l’issue de ce scrutin présidentiel. Nous devons respecter la voix du Peuple Centrafricain, même s’il y a des irrégularités voir polémiques autour du processus. La seule question qui se pose aujourd’hui est de savoir, si nous sommes capables d’aller ensemble de l’avant pour une paix? La population l’a montré le 30 décembre 2015 en allant massivement voté. Alors ces candidats doivent savoir d’avance les conditions dans laquelle ils doivent concourir, donc merci et il est temps de libérer les Centrafricains », exprime Sylvain SAMI, président de l’Union et Réconciliation.

Selon eux, cette nouvelle farce qui n’étonne guère, démontre qu’une grande majorité de la classe politique centrafricaine n’est plus en phase de maturité avec les aspirations profondes d’un peuple meurtri et fatigué par les crises politico-militaires à répétition et les élucubrations démagogiques des prétendus leaders nés pour gouverner qui n’ont jamais servi son intérêt et qui manquent totalement de leadership politique reconnu comme tel.

« On ne peut pas accepter qu’au bout du tunnel le peuple soit repris en otage. Ils crient allons aux élections et maintenant ils sont les premiers à crier aux fraudes. Faisons confiance aux institutions de la République chargées de ces élections et donnons-leur l’occasion de jouer le rôle qui leur est dévolu par les textes avant d’aviser en cas de manquement », ajoute Sylvain Sami.

Le PUR et le parti d’Union et Réconciliation comptent mettre en place un cercle de réflexion des partis et associations politique pour une transparence électorale et le respect de la voix populaire. Cette initiative est ouverte à ceux qui souhaitent adhérer pour une bonne cause de la République Centrafricaine.

Affaire à suivre…

Martial Kochékpa

Commentaires

commentaires