Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: le Conseil économique et social tient sa session ordinaire 2018

Les Conseillers économiques et sociaux à l’ouverture de session@Ndjoni Sango

Par Herman LINGANGUE

Bangui 05 février 2018 (Ndjoni Sango) : La première session du Conseil économique et social de la République Centrafricaine se tient en ce moment pour  l’année 2018. Ouverte le jeudi dernier par le président Alfred Poloko, la session se tient du 1er février au 15 mars 2018 au Palais de la CEMAC à Bangui. Dix thématiques seront développées durant cette session qui a vu la participation de cinq pays notamment le Maroc, le Benin, la Guinée équatoriale, la Chine et l’Inde.

L’année 2017 a été marquée par le retour du Conseil économique et social dans le dispositif institutionnel de la République Centrafricaine conformément à la constitution de mars 2016, après 4 années d’inactivités durant lesquelles l’institution a tout perdu. Du néant, les 9 mois sont consacrés à la mise en place de tous les instruments nécessaires à la relance des activités de cette institution dans le dispositif institutionnel national d’une part et au niveau international d’autre part. 

Dans les premières actions, le président du CES a déclaré que le bureau de l’institution a tout mis en œuvre pour se doter d’un siège. Sur le plan international, il a affirmé que l’institution a retrouvé sa place, grâce à l’appui des pays partenaires comme le Maroc et le Benin au sein de l’association internationale des Conseils économiques et sociaux, et institutions similaires

« Je ne m’étais pas trompé. En 9 mois, beaucoup d’efforts ont été faits et des résultats concrets ont été obtenus malgré les contraintes financières de notre pays. Ces résultats sont les fruits de nos actions communes y compris celles de nos collègues conseillers puis individuellement. Les défis à surmonter étaient nombreux, mais le bureau a priorisé les initiatives visant à améliorer les conditions de travail des Conseillers et le relief de notre institution. Après 9 mois d’intenses activités, les résultats sont assez visibles même si beaucoup restent à faire et de nouveaux horizons à conquérir afin d’inscrire durablement le Conseil économique et social dans le paysage institutionnel de notre pays et surtout pour le repositionner comme le moteur du redressement,  de la reconstruction et de la performance économique de la République Centrafricaine», a déclaré Alfred Poloko, Président du Conseil économique et social de Centrafrique.

Il a exhorté ses collègues du bureau du Conseil économique et social, à plus de disponibilité et de dévouement afin de mieux servir la patrie et de répondre, par la même occasion, aux exigences de leurs fonctions quelles que soient les contraintes y afférentes. Il a fait observer lors de la session ordinaire de l’année dernière, que le manque de moyens dont le Conseil est conscient ne saurait constituer une raison de l’inefficacité du manque d’imagination, d’initiative et d’audace.

Afin de bien jouer son rôle, le bureau du Conseil économique et social a placé cette première session ordinaire de l’année 2018 sous le signe du renforcement des capacités des conseillers et d’échanges d’informations, d’expériences et de bonnes pratiques entre le Conseil économique et social et les autres institutions.

Le président du Conseil a estimé que la présence des délégations marocaine et béninoise à cette session est un excellent témoignage de la coopération entre leurs institutions, et les pays partenaires. Pour illustration, deux signatures de conventions sont prévues entre les Conseils économiques et sociaux du Maroc, du Benin et du Centrafrique.

« L’inestimable expérience de ses deux délégations profitera aux Conseillers centrafricains », a-t-il martelé.

Des riches thématiques retenues

En tout, dix thématiques sont abordées durant cette session. La première thématique est consacrée à « la Place et au rôle du Conseil économique et social dans la dynamique globale des instituions » que vont développer les Secrétaires Généraux du Maroc et du Benin. La deuxième thématique est « comment la Chine, la Guinée équatoriale, le Rwanda et l’Inde ont transformé leurs économies en 20 ans au point d’être référenciés comme des modèles économiques dans le monde ». Cette thématique va être présentée par les ambassadeurs de Chine, du Rwanda, de la Guinée équatoriale, et de l’Inde.

La troisième thématique portant sur « la politique de préparation et d’exécution du budget de l’Etat », fera l’objet d’un exposé du Directeur Général du budget. La quatrième thématique à savoir « le Plan de Règlement et de la Consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA), bilan et perspective », va être développée par le Secrétaire permanent du RCPCA. La cinquième qui porte sur « le fond Bêkou, une opportunité pour le financement des projets à impact social immédiat » sera développée par l’ambassadrice de l’Union européenne.

La sixième thématique consacrée à la langue nationale centrafricaine « le Sango, un atout pour la paix et la réconciliation » sera développée par Marcel Dikikidiri. La septième portant sur « la traduction des campagnes économiques dans les préfectures de la RCA, bilan et perspective » est confiée à M. Emmanuel Féizouré, ministre de l’agriculture. La huitième porte sur « les enjeux d’une bonne couverture en onde radio et télévision en téléphone et internet, état des lieux et perspectives ».

La neuvième thématique concerne « l’adduction d’eau et l’électrification en zone périurbaine et rurale, bilan et perspective » va être présenté par les Directeurs généraux de l’Agence Nationale de l’Eau et de l’Assainissement, et l’Agence centrafricaine de l’électrification rurale.

Enfin, la dixième thématique sur « le marché commun, atout et perspective » va être développée par le président de la commission de la CEMAC. Les Conseillers nationaux profiteront de cette session riche en enseignements pour formuler des recommandations à l’endroit du gouvernement.

Commentaires

commentaires