Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: le ministre de l’énergie inaugure l’opérationnalisation de la filière pétrolière SARPD-OIL

coupure-de-ruban-saperdoil

Coupure de ruban par le prémier ministre et minitre de l’énergie@Eric Ngaba

Par Eric NAGABA

Bangui 22/12/16 (www.ndjonisango.net) : la Station de service pétrolier de la Société Africaine de Recherche Pétrolière et de Distribution (SARPD-OIL) est déjà opérationnelle à Bangui, capitale de la République Centrafricaine. Le ministre des mines, de l’énergie et de l’hydraulique Léopold Mboli Fatran a inauguré, 17 décembre 2016, l’opérationnalisation de ladite société qui a trois de station de service à Bangui principalement à PK11, à Miskine et à Bimbo. L’inauguration a été placée sous le haut patronage du premier ministre Simplice Sarandji représentant spécial du président de la République.

La cérémonie d’inauguration de la station de service a mobilisé une dizaine des membres de gouvernement conduite par premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, et également des cadres du ministère des mines, de l’énergie et de l’hydraulique. Implantée depuis 20 ans en Afrique, la Société Africaine de Recherche Pétrolière et de Distribution est désormais opérationnelle en République Centrafricaine. Ceci après plusieurs années de tractation avec les autorités centrafricaines en vue de l’implantation dans le pays en dépit de la crise militaro-politique.

La filiale pétrolière a une diversité d’activités notamment l’exploration, la production, le trading, le transite, le transport et la distribution. Le groupe SARPD-OIL regroupe le Maroc, la République Démocratique du Congo, la République du Congo, l’Afrique du Sud, l’Ile Maurice, la Suisse, la République Centrafricaine et bientôt le Tchad.

« C’est en effet, en 2010 que la SARPD-OIL décide de créer une filiale en République Centrafricaine pour la distribution de l’ensemble de produits pétroliers en passant par l’importation à savoir le super, le pétrole lampant, le Gasoil et le jet. Malgré les difficultés, l’insécurité et les troubles qu’a connus la République Centrafricaine, notre président directeur général a eu la ferme conviction de participer pleinement à la relance économique et à améliorer et faciliter la vie au peuple centrafricain. Nous vous rassurons que ces trois stations-services constituent pour nous l’entrée d’un repas en attendant le plat de résistance et le désert », a déclaré le Directeur délégué de la SARPDOIL-RCA, Jean Njoya.

Dans la projection de la réalisation de la SAPRDOIL-RCA, ajoute le Directeur Délégué, deux autres stations seront construites dans la ville de Bangui avant l’expiration de l’agrément en cours mais aussi le démarrage du déploiement de la filiale en province.  Chaque station de service a une capacité de stockage de 60 milles litres soit 60 mètres cube avec 3 cubes à doubles enveloppes dotées des détecteurs de fuite automatique  mais aussi de 4 pompes et 2 pompes mono pour chaque station.

« SARPD-OIL va mettre toute son expérience et son professionnalisme en matière de distribution des produits pétroliers au service du peuple centrafricain en attendant développer la branche recherche et d’autres activités », a ajouté le Directeur délégué de la SAPRDOIL-RCA.

A ce jour, la filiale en Centrafrique a un effectif de 90 employés dont 79 nationaux. A en croire le Directeur Délégué, le Groupe SAPRD-OIL a mobilisé un fonds d’investissement de 1.300.000.000 fcfa pour la réalisation des trois stations-services dans la ville de Bangui. Pour ce faire, la filiale sollicite l’appui du gouvernement centrafricain et de la population pour le développement de ses actions, et de surcroît la sécurisation de ses installations dans le pays.

En Centrafrique, le sous-secteur pétrolier a été réorganisé par la libération de tous les segments d’activités à l’exception du stockage. L’objectif recherché par cette libération est d’améliorer la performance du sous-secteur en favorisant l’apport des capitaux privés dans les investissements des infrastructures pour une meilleure sécurisation des approvisionnements du marché national aux meilleures conditions des prestations de services sur l’ensemble du territoire national. C’est dans ce contexte que le Group SARPD-OIL s’est implanté dans le pays en 2010 après avoir obtenu les agréments d’importation et de distribution de l’ensemble des produits pétroliers.

« La volonté affichée par SARPD-OIL de construire des stations-services modernes aux standards internationaux suscite une attention particulièrement du gouvernement car elle participe à la renaissance et à la reconstruction économique de la République Centrafricaine après les crises recurentes qu’a connues notre pays et qui ont conduit à la destruction de la majorité des infrastructions de distribution des produits pétroliers. Cette volonté s’inscrit bien dans la droite ligne du politique du gouvernement qui a considéré le secteur de l’énergie comme l’une de ses priorités», a déclaré le ministre des mines, de l’énergie et de l’hydraulique Léopold Mboli Fatran.

Il a rassuré les cadres de SARPD-OIL Centrafrique de sa disponibilité à accompagner la filiale dans la mise en œuvre de sa mission. L’occasion pour le ministre de l’énergie d’interpeller les opérateurs du sous-secteur pétrolier au respect de leurs cahiers de charge.

« C’est pourquoi, je ne ménagerais aucun effort pour accompagner SARPD-OIL Centrafrique dans la réalisation de ses objectifs en adéquation avec le cahier de charge de cette société. C’est ici, aussi, le lieu de rappeler à tous les opérateurs du sous-secteur pétrolier aval, le respect scrupuleux de leurs cahiers de charge lequel se doit se traduire par la mise à la disposition des consommateurs des infrastructures modernes à Bangui et en province », a-t-il martelé.

Par ailleurs, le membre du gouvernement a salué les efforts de l’ex vice-présidente du Conseil national de transition centrafricain, Léa Koyassoum Ndoumta qui a joué un rôle important dans l’implantation de SARPD-OIL en République Centrafricaine. Le membre gouvernement en a profité de lancer un message à la population pour l’appropriation de ces acquis.

Il appelle à une prise de conscience afin de barrer la route aux actes de vandalisme, de piller et de vol car ce sont ces comportements qui ont détruit, d’après lui, l’économie du pays par le passé. « Dorénavant, la citoyenneté, le civisme doivent constituer le quotidien de nos populations », a lancé le ministre Léopold Mboli Fatran.

Commentaires

commentaires