Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: pénurie d’eau potable a Bouar dans la Nana-Mambere

penurie-deau-a-bouar1

L’approvisionnement en eau à Bouar/@F.Salabé

Par Fiacre Salabé

Bangui 18/02/17 (www.ndjonisango.net): « L’eau c’est la vie » dit une maxime. Depuis plusieurs mois, la population de Bouar à l’ouest  de Centrafrique peine à se procurer de l’eau potable. Cette situation demeure pendante car la Société de Distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA) sensée desservir la ville de Bouar, s’est confrontée à des problèmes techniques qui paralysent son service mettant la population en difficulté.

Dans toute la ville de Bouar, les habitants ont la difficulté d’accès à l’eau potable. A la longueur de la journée, les gens trainent sur eux des bidons, des futs à la recherche de l’eau à l’heure actuelle où la SODECA cesse de fonctionner.

Devant chaque point d’eau ou les forages, on trouve une longue file d’attente de femmes, de jeunes et aussi les élèves qui se battent de part et d’autres pour se procurer en eau potable. De toutes ces luttes acharnées, certains habitants qui n’arrivent souvent pas à trouver de l’eau rentrent bredouille.

 « Je puis vous assurer que nous avons du mal à puiser de l’eau et, c’est depuis presque 5 heure et demis du matin que je me suis levée pour faire la queue mais jusqu’alors, je n’arrive pas encore à trouver même ne serait-ce qu’un seul bidon d’eau. C’est vraiment pénible et pour le moment, je ne sais comment puisque  les enfants  en ont besoins pour aller à l’école, et  mon mari pour aller au travail. C’est difficile pour nous et ce problème ne date pas d’aujourd’hui sans que personne ne songe ni les autorités locales de nous trouver des solutions», a déploré Christine Fiogbè, une habitante du quartier Sabongari.

Selon elle, de toutes ces difficultés rencontrées par la population de Bouar, les autorités ne se sont pas du tout mobilisées pour dépraver leur situation d’accès à l’eau potable.

De son côté, Monsieur Hubert Gombo, chef de Centre de la Sodéca a déploré les nombreux problèmes techniques dont fait face son institution. « Nous nous sommes confrontés à d’énormes problèmes d’ordre technique. C’est ce qui fait aujourd’hui que la Sodéca n’est pas en mesure de faire face aux besoins de la population de Bouar toute entière. Nous avons un groupe électrogène qui alimente le site de la Sodéca mais ce groupe tombe souvent est en panne et c’est ce qui fait aussi que nous n’arrivons pas à distribuer de l’eau dans toute la localité de Bouar », a-t-il expliqué.

Le chef de Centre de la Sodéca a déploré que certains clients de la Sodeca  ne paient pas leur facture pour permettre à la société de bien fonctionner. En 2012, le bitumage du tronçon Bouar Garamboulaï a rasé tous les réseaux  de la conduite principale d’eau de la Sodéca. Cette destruction a fait couper une partie de la population de Bouar de la distribution d’eau.

Face à cette situation, certaines ONG Internationales telles que Mercy Corps, World Vision avec le concours de l’ANEA, ont créé des forages dans les quartiers de la ville de Bouar. Il incombe aux autorités centrafricaines de tout faire afin que le problème de l’eau soit en fin résolu dans la localité de Bouar en particulier, et celle de la Nana Mambéré en général.

Article réalisé dans le cadre du Projet Conect piloté par l’ONG Internews sur financement du fonds USAID.

L’identité de l’auteur de l’article :

« Par Fiacre SALABE, est un journaliste en fin de formation de licence professionnelle en journalisme à l’Université de Bangui. Il est l’un des Rédacteurs de ce site d’information www.ndjonisango.net . Nous contacter doctarngaba@gmail.com +236 75 01 25 44 / +236 75 01 25 44».

Commentaires

commentaires