Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: la crise ne préoccupe pas trop la communauté internationale, selon Antonio Guterres

Antonio Guterres et F. Archange Touadera@Eric Ngaba

Antonio Guterres et F. Archange Touadera@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 25/10/17 (www.ndjonisango.net): En visite de 72 heures en République Centrafricaine, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, plaide pour ce pays en proie à des violences armées. Un appel lancé en faveur de la sortie de crise en Centrafrique « oubliée » par la communauté internationale.  A en croire le numéro un de l’ONU qui se montre véridique dans ses propos, la Centrafrique est quelque fois loin de la préoccupation de la Communauté internationale troublée par le terrorisme et le nucléaire.

Le Secrétaire Général Antonio Guterres est en République Centrafricaine depuis le 24 octobre 2017, et ceci jusqu’à vendredi 27 octobre. Il est venu non seulement évaluer les besoins de la Minusca sur le terrain mais aussi transmettre le message de solidarité des Nations unies.

La République Centrafricaine semble être oubliée par la communauté internationale dans les priorités. Cela se justifie par une faible mobilisation de cette communauté internationale au processus de paix dans ce pays meurtri par des violences armées. Il est clair dans ses propos. Antonio Guterres a signifié aux autorités centrafricaines que la crise centrafricaine n’intéresse pas trop la communauté internationale.

« Excellence  Monsieur le Président,  Honorable Président de l’Assemblée nationale, Monsieur le Premier ministre. Avec le développement de nouvelles crises, il y a une tendance à oublier des crises comme celle de la Centrafrique. La Centrafrique est quelque fois trop loin, vous n’êtes pas une menace. Les terroristes ne sont pas en Centrafrique. Ça fait que la communauté internationale ne s’applique suffisamment, ne s’engage suffisamment, ne mobilise suffisamment de ressources pour aider votre pays à surmonter les difficultés réelles qu’il subit en ce moment », souligne le Secrétaire Général de l’ONU.

En messager de paix, il est venu témoigner la solidarité des Nations unies aux autorités démocratiques de ce pays en crise. Il en appelle à une mobilisation globale de la communauté internationale pour soutenir le processus de paix en République Centrafricaine.

« Cette visite est pour alerter la communauté internationale pour dire qu’il y a une opportunité pour la paix en Centrafrique. Il faut que la communauté internationale s’engage. Il faut qu’elle mobilise les ressources nécessaires pour appuyer dans la reconstruction du pays et de la réconciliation nationale. Il faut que la communauté internationale nous aide, il nous faut renforcer la dimension et la capacité de la Minusca pour mieux protéger le peuple centrafricain », a-t-il plaidé.

Guterres plaide pour les FACA

Par ailleurs, Antonio Guterres a plaidé pour l’opérationnalisation des FACA. Pour lui, il faut créer des conditions pour le retour des FACA sur les théâtres des opérations.

« Il faut créer les conditions pour que les forces armées centrafricaines puissent commencer à jouer un rôle effectif aussi dans la protection et dans la sécurité du pays. Et, il faut tout faire pour aider le pays à se lancer dans une perspective de développement pour que le peuple puisse sentir que la paix rapporte des éléments positifs dans la vie du pays et ses différentes régions », a martelé le patron de l’ONU au sortir de l’audience avec le président centrafricain Faustin Archange Touadera.

Le président Touadera rend hommage aux Nations Unies

Du côté du Palais de la Renaissance, le Président Touadera a exprimé sa satisfaction sur le soutien des Nations Unies exprimé par Antonio Guterres.

 «Je tiens donc à vous rendre un vibrant hommage pour tous vos efforts et votre plaidoyer auprès de la communauté internationale en faveur de la Centrafrique. Je m’emploierai résolument dans la perspective de restaurer la confiance intercommunautaire et le vivre ensemble, dans une Centrafrique plurielle et paisible. Nous sommes gré à tous ceux qui de près ou de loin, nous soutiennent dans cet exercice », a déclaré Faustin Archange Touadera.

Dans son agenda, le Secrétaire Général a effectué un  déplacement à Bangassou, à environ 600 km au sud-est de Centrafrique,  où il a rencontré les responsables locaux, des déplacés internes, les membres de la Coordination des acteurs de la cohésion sociale, ainsi que le personnel civil et en uniforme de la Minusca.

Aujourd’hui, il prend part à une réunion sur le processus de DDRR, avant de se rendre avec le Président Touadera au Monument des Martyrs pour rendre hommage aux victimes centrafricaines.

Dans l’après-midi, Guterres recevra, à la Minusca, les représentants des partis politiques, de la société civile, des responsables religieux et des défenseurs des droits de l’homme ainsi que l’Union africaine (UA) de surcroît la Mission technique de l’Union européenne (EUTM).

Pour mémoire, Antonio Guterres est le troisième Secrétaire Général de l’ONU à visiter la République Centrafricaine. Il est à sa deuxième visite, la première comme Haute Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance pour plusieurs agences presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires