Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : la France mécontente du changement de la stratégie du gouvernement

le président centrafricain Touadera et le président français Macron à Paris

Par Hermann LINGANGUE

Bangui 24 décembre 2018—Ndjoni Sango : Le Président Faustin-Archange Touadéra a confirmé sa fidélité à la coopération avec la Russie.  Suite à ce rapprochement auprès de Poutine, la France s’est tourné contre la Russie. Paris insiste sur l’idée que les Russes poursuivent leurs propres intérêts en Centrafrique prétextant que la Russie s’en fiche des problèmes réels des Centrafricains. Mais qu’est qui a déclenché des déclarations de ce genre ?

L’agence de nouvelles Sputnik a attiré son attention à un article sur « Le monde » dénommé « La RCA – un pion sur l’échiquier de la Russie. » Les auteurs de la publication décrivent les intentions de Moscou de s’emparer de la RCA. Soi-disant qu’elle est en train de rependre son influence dans le pays pour l’utiliser dans le futur afin d’avoir l’accès aux richesses du sous-sol.

Mais, alors pourquoi la Russie essaye de rétablir la paix dans le pays ?

Si les Russes étaient intéressés par les richesses de la RCA, il est peu probable qu’ils auraient aidé les autorités de la RCA à discuter avec les rebelles. La Russie n’aurait pas initié le processus de Khartoum, elle n’aurait pas essayé d’assoir les parties du conflit à une table de négociations.

Après tout, il est beaucoup plus facile d’utiliser les matières de la RCA dans les conditions de crise. Il est possible de faire de la contrebande, vu que les autorités ne sont pas encore capables de mettre l’extraction sous stricte contrôle. Dans les conditions de paix, les prix sur les diamants et l’or centrafricain vont augmenter.

Est si ce n’est pas les matières premières, de quels intérêts la France parle ? Pourquoi exactement la Russie essaye d’aider la RCA ?

Il n’y pas d’autres réponses outre de leur pari sur la continuité de la coopération bilatérale. Dans ce cas, les accusations de Paris sont autres choses.

Selon Sputnik, les Français peuvent être mécontent du changement de la stratégie en RCA. Même si le pays n’est plus une colonie de la France, Paris espère quand même sauvegarder son influence sur le pays. Voilà pourquoi on voit l’envie de la France d’impliquer des efforts pour changer l’attitude du peuple de la RCA envers la Russie. Les activités de la Russie gênent la France à contrôler les autorités de la RCA, les gênent de mener les politiciens par la voie qui est d’intérêt pour les Europe.

C’est aussi l’une des raisons pourquoi la France se prononce négativement sur le processus de Khartoum en disant que c’est un concurrent de l’initiative de l’Union Africaine. Paris ne veut pas que Bangui collabore avec Moscou. S’il y a un avis qui se diffère de l’avis européen, cela peut tourner le pays de la « bonne » voie. Mais la Russie ne gêne pas du tout aux activités de la France.

Dans la déclaration de Khartoum, il est dit que ce processus de paix peut être conduit parallèlement aux autres initiatives. Mais la France se dit contre la possibilité que la paix revienne en RCA par divers moyens. Elle insiste qu’il faut mener seulement l’initiative de L’UA. Mais la question est, est-ce que Paris veut vraiment que la paix revienne en Centrafrique ?

Le processus de Khartoum, contre lequel s’opposent les Français, a déjà démontré un résultat. Fin août, les principaux groupes armés et le gouvernement se sont rencontrés. Les parties ont confirmé leur fidélité au règlement du conflit et ont signé une déclaration d’entente.

De son côté, l’initiative de l’Union Africaine est arrivée au point mort. En 16 mois de discussion ni le gouvernement, ni l’Union africaine n’ont pas pu nommer une date ou un lieu des pourparlers. En plus, les initiateurs n’ont même pas nommé des responsables du processus jusqu’aujourd’hui. Et il y a des doutes que le processus peut bouger d’un pouce de ce point.

Mais peut-être c’est ce que les Européens veulent ? Peut-être la crise en RCA leurs est absolument confortable ?

Si le pays est en crise, les Français peuvent avoir de l’influence sur le gouvernement Centrafricain. Dans cette situation, les autorités centrafricaines doivent accepter l’aide de tout le monde, êtres en écoutes des étrangers avec expérience, même si ce sont les anciens colonisateurs.

Le gouvernement est forcé de permettre aux Européens de contrôler l’extraction des ressources minières et, évidemment, de piller le pays. Pour protéger les richesses des rebelles, Bangui essaye de les transmettre aux « partenaires » occidentaux.

Mais dans les conditions de paix, Paris serra privée de ses préférences. Le gouvernement pourra renforcer ses positions et établir le contrôle sur le territoire du pays. Il pourra agir par ses propres moyens sans l’aide de l’extérieure. Et dans ce cas, la France n’aura plus la possibilité d’utiliser les richesses de la RCA gratuitement. Il faudra acheter les ressources minières et cela devient coûteux.

Commentaires

commentaires