Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: la vie des  FACA à Bérengo avec les instructeurs russes

Les soldats FACA en fin de formation à Berengo

Par Mamadou NGAÎNAM

Bangui 19 novembre 2018—Ndjoni Sango : Le désire le plus ardent du peuple centrafricain est de voir les Forces Armées Centrafricaines (FACA) redorent leur blason après des décennies de l’enfer qu’elles ont subies.  A travers le renouvèlement de la coopération centrafricaine avec la Russie, ce désire tente de se concrétiser par le déploiement et la montée en puissance des FACA formées les instructeurs russes à Bérengo. Comment comprendre la vie des FACA dans ce centre de formation situé à environ 80 km de Bangui.

Pour toucher du doigt la réalité de formation à Berengo,  notre rédaction est allée à la rencontre des éléments des FACA afin de comprendre leur collaboration avec les instructeurs russes.

Le travail des instructeurs russes à Bérengo

Depuis l’arrivée des instructeurs russes en Centrafrique,  les soucis majeurs, les préoccupations du peuple centrafricain, sont en train d’être traduite en des objectifs et actes pour le processus de l’Armée centrafricaine de son état actuel afin de défendre le territoire national occupé par des terroristes de grand chemin.

Pour arriver à redonner à la République Centrafricaine, sa pleine souveraineté en tant qu’Etat indépendant, la Russie à travers ses instucteurs présents dans le pays est en train de faire un travail remarquable qui est apprécié par les soldats des  FACA formés à Bérengo. Ce travail consiste à structurer une armée professionnelle, bien équipée afin de mériter la confiance de la population.

La troisième phase de formation de 600 soldats FACA en cours vient compléter les 600 autres soldats qui sont déjà sortis depuis quelque mois. Il faut avouer que la  formation en cours évolue bien sans trop de difficultés. L’ambiance de coopération entre les instructeurs russes et les soldats qui apprennent mieux et vite les techniques de combats est harmonieuse.

Que disent les FACA des instructeurs russes ?

Durant leur formation à Berengo, les FACA ont une appréciation sur leur collaboration      avec leurs instructeurs russes.

 « La relation entre les instructeurs russes et ceux de la partie centrafricaine est au beau fixe. Notre souci est de terminer cette formation et de recevoir les instructions de haut commandement afin de descendre sur le terrain pour défendre la patrie», témoigne le Chef de Mission des FACA en formation à Bérengo.

Des soldats FACA ont avoué que les techniques et les tactiques de combats enseignées par les instructeurs russes sont nouvelles et différentes des autres formations qu’ils ont reçues dans le passé. Ce qui leur permettra, d’après eux, de mettre hors d’état de nuire les déstabilisateurs de la République centrafricaine et de défendre leur patrie.

Pour eux, le gouvernement centrafricain a bien raison de renouveler  la coopération avec la Russie dont les fruits sont visibles.

« Nous tenons à remercier le gouvernement centrafricain ainsi que la fédération de Russie pour ce recyclage qui est un plus pour nous. Il faut reconnaître que nos partenaires russes mettent à notre disposition leur connaissance, des équipements et des moyens d’accompagner pour favoriser la réussite de cette formation», ont-ils témoigné.

Quand-est-il de la cohésion sociale entre les soldats chrétiens et musulmans au sein des FACA à Bérengo ?

Il faut noter qu’il y a visiblement une parfaite cohésion sociale entre les soldats FACA au camp de formation de Bérengo. Car chrétiens et musulmans cohabitent ensemble sur le camp de Bérengo. C’est même dans ce cadre qu’une chapelle et une mosquée ont été créées pour permettre aux soldats de prier le Dieu des Armées sans difficulté.

« La crise que traverse le pays depuis 2013 n’a pas d’origines confessionnelles, mais certaines ingérences extérieures veulent instrumentaliser pour parler de la crise interreligieuse. Le rêve d’un bon centrafricain musulman est de voir son armée renaitre de ces cendres pour défendre sa patrie », précise un soldat FACA musulman.

Pour certains soldats, l’armée centrafricaine est maintenant apolitique. Cette armée, disent-ils, doit servir le peuple centrafricain et non des confessions religieuses. Par cette occasion, ils appellent leurs frères d’armes qui n’ont pas encore eu l’occasion de rentrer à Bérengo d’éviter de se comporter comme ex-combattants de la coalition séléka et des antibalaka.

Les soldats FACA ont estimé que la démarche des instructeurs russes prouve que la Russie s’est engagée à aider les FACA  à rétablir l’ordre et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

Commentaires

commentaires