Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: les Russes et députés échangent sur l’accord de paix signé entre les groupes armés à Khartoum

échanges entre les parlementaires centrafricains et le Conseiller Russe@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 6 septembre 2018—Ndjoni Sango : La Russie poursuit sa démarche du processus du retour définitif de la paix en Centrafrique. Le 6 septembre 2018 à l’hôtel Ledger à Bangui, le Conseiller en sécurité de la présidence centrafricaine, Valery Zakharov, a initié une table ronde avec des députés centrafricains afin d’échanger sur la signature d’entente de Khartoum entre les leaders principaux des groupes armés en faveur de paix en Centrafrique.

Après la première rencontre dans l’histoire des leaders des groupes armés à Khartoum où les leaders clés des factions rebelles dont Antibalaka et ex seleka, le Conseiller en sécurité Valery Zakharov continue de consolider les efforts pour le retour définitif de la paix. Venus de différentes régions de Centrafrique à savoir Ndele, Birao, Kaga-Bandoro, Bambari entre autres, les députés représentant les populations de différente communauté centrafricaine notamment chrétienne et musulmane, ont échangé avec le diplomate Russe sur cette démarche russe.

Ce moment d’échange fructueux a été une occasion pour les élus de la nation de prouver leur gratitude à la Russie et de solliciter pleine implication de celle-ci dans la résolution de conflit en Centrafrique.

« La ville de Bangassou, ma circonscription, a retrouvé la stabilité grâce au déploiement des FACA. C’est pour un moment de remercier la Fédération de la Russie qui a appuyé le gouvernement, en équipement militaire et formation, pour que les FACA puissent arriver à Bangui afin d’assurer la sécurité de la population. Donc, pour moi, c’est une forme de reconnaissance vis-à-vis du gouvernement et de la Fédération de Russie mais aussi vis-à-vis de la Minusca », a témoigné Serge Singha, député de Bangassou.

Durant les échanges, les députés ont émis de réserves quant au respect de cet accord par les signataires qui sont les responsables des groupes armés. Car, ont-ils regretté, les groupes armés ont signé plusieurs accords de paix mais l’application pose problème. Par la même occasion, les députés ont voulu savoir les mesures coercitive que préconise la Russie au cas du non-respect de cet accord par les groupes armés signataires d’entente de Khartoum.

« La signature de l’accord de Paix de Khartoum est la bienvenue, seulement il faudra que cela soit dans un cadre concerté et en concertation avec celle qui existe déjà. L’initiative de notre rencontre est d’informer les élus de la nation sur l’initiative de Khartoum. En tant que députés, nous avons été informés, nous nous posions les questions mais aujourd’hui, à travers cette rencontre, tous les points sont débattus et certains détails nous ont été donnés. C’est à nous maintenant d’informer certains de nos collègues, les populations que nous représentons », a expliqué Jean-Symphorien Mapenzi, premier vice-président de l’assemblée nationale qui était à la tête des députés venus à cette table ronde.

Pour les élus du peuple, la Russie doit s’armer de prudence dans cette démarche avec les groupes armés qui exagèrent dans leurs revendications, lesquelles des revendications ils cherchent à se dédouaner des crimes commis à l’égard des civiles.

De l’avis des députés, l’impunité zéro et l’amnistie zéro à l’égard des groupes armés doivent être appliquées à tous les présumés coupables. Ils souhaitent aussi la mutualisation de l’initiative russe avec celle de l’Union africaine afin d’éviter le chevauchement.

Face aux multiples inquiétudes, le Conseiller Valery Zakharov a rassuré les parlementaires sur la démarche de la Fédération de la Russie visant à rétablir la sécurité et paix en Centrafrique. D’après lui, la Russie continue à appuyer le gouvernement centrafricain à déployer l’armée nationale (FACA) sur l’ensemble du territoire.

Commentaires

commentaires