Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Union européenne: le conseil des ministres des affaires étrangères se penche sur la situation en RCA

une vue partielle de Bangui, capitale centrafricaine@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 16 octobre 2018—Ndjoni Sango : La République centrafricaine a été insérée hier dans l’agenda du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne. Cela fait suite à un événement organisé par les Nations unies le 27 septembre 2018, en marge de la session de l’Assemblée générale de l’ONU, au cours duquel le président centrafricain Faustin Archange Touadera, a exposé les efforts qu’il déploie en faveur de la paix.

Les ministres européens ont choisi cette occasion pour confirmer l’engagement de l’Union européenne en Centrafrique. Il s’agit de discuter sur la possibilité de renforcer le soutien de l’Union au travers de ses différents instruments sur le chemin de la stabilité, de la paix et du développement.

Dans ce contexte, les ministres ont dû souligner l’importance du travail en cours visant à déployer un pilier d’interopérabilité civilo-militaire intégré dans la mission de l’Union européenne de formation militaire, EUTM-RCA, pour que la mission puisse fournir du conseil stratégique additionnel au ministère de l’intérieur, à la police et à la gendarmerie; en supplément de son mandat central de former les Forces Armées Centrafricaine (FACA).

Durant ces discutions, le Conseil a dû réaffirmer le soutien de l’Union  à l’initiative africaine pour la paix et la réconciliation, sous l’égide de l’Union africaine, ainsi qu’à la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en RCA (Minusca), et souligner le besoin pour toutes les parties prenantes de progresser vers les prochaines étapes vers un processus de paix et de réconciliation. Par la même occasion, le Conseil a dû également souligner le besoin de continuer de renforcer les FACA.

Par ailleurs, ce Conseil des affaires étrangères, présidé par Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, devrait aussi rappeler l’importance que revêt la participation inclusive de toutes les institutions et tous les acteurs de la société centrafricaine, y compris les femmes, les jeunes et la société civile, afin de contribuer à une réconciliation durable dans le pays.

L’Union européenne devrait appeler tous les acteurs internationaux, notamment ceux qui sont mobilisés en Centrafrique, à soutenir exclusivement le gouvernement et l’initiative africaine, dans le cadre d’une bonne coordination et d’une transparence totale.

L’Union européenne est l’un des principaux partenaires politiques et de coopération de la République centrafricaine, notamment par l’intermédiaire de sa mission militaire, EUTM-RCA, d’une contribution substantielle au titre de la coopération au développement à hauteur de 487 millions d’euros pour la période 2017-2020, ainsi que de l’aide humanitaire qu’elle fournit.

Commentaires

commentaires