Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: le ministre Moussa Yérima Mandjo entend redorer le blason du secteur de l'élevage et de la santé animale

Moussa Yérima Mandjo, ministre de l'élévage@Fiacre Salabé
Moussa Yérima Mandjo, ministre de l'élévage@Fiacre Salabé

Moussa Yérima Mandjo, ministre de l’élevage@Fiacre Salabé

Par Fiacre SALABE

Bangui le 22/09/2017 (www.ndjonisango.net): La question de la restructuration des sercices et du développement du secteur de l’agropastoral comme un maillon de l’économie centrafricaine constitue une préoccupation majeure du ministre Moussa Yérima Mandjo. Il a fixé les grandes orientations consistant à relever nombre des défis de l’élévage et de la santé animale du pays.

Une semaine après sa nomination à la tête du ministère de l’élevage et de la santé animale, le ministre Moussa Yérima Mandjo n’a pas caché son intention de tout faire pour redorer le blason du secteur de l’élevage longtemps tombé en disgrâce faute de cette crise. Selon lui, le secteur de l’élevage est l’un des principaux secteurs économiques contribuant à hauteur de 15% selon le produit intérieur brut du pays.

« Le pays dispose d’importantes potentialités naturelles favorables au développement de l’agropastoral soit 20.000 hectares de terres agricoles, un large réseau hydrographique, une pluviométrie variant entre 700 et 1800 mm perméttant la diversité des systèmes agropastoraux du pays. Ces attouts inestimables peuvent favoriser peuvent favoriser l’éssor de l’élévage, à condition qu’on sait s’y prendre et bien capitaliser les acquis et les appuis apportés par les partenaires » a-t-il expliqué.

Il affirme vouloir tout faire pour restructurer certains services étant au sein de son département comme le recrutement en cours des cadres et agents compétents dans l’optique de remettre sur pied la société d’État de gestion des abattoirs (SEGA).

Des réformes sont également en cours d’envisager sur la fédération nationale des éleveurs centrafricains (FNEC) qui n’a pas connu une assemblée générale depuis 2007 selon le ministre, et la réhabilitation du siège de combattant qui s’effectue sur le financement du fonds Békou.

Il a aussi souligné certaines difficultés qu’a connu le sous-secteur des éléveurs de pétit bétail ayant perdu plus de 60% des animaux pendant cette crise, et des éfforts déjà envsagés pour la relance dudit secteur.

« Nous sommes en train de mener des actions pour le retour définitif et sécurisé de nos éléveurs transhumants de gros bétails déplacés et réfugiés dans les pays voisins comme le Caméroun et le Tchad. Ce retour envisagé demande l’organisation et la préparation des zones d’accueil des transhumants déplacés, afin de créer un état de cohésion sociale avec les communautés locales » a souligné le Ministre Moussa Yérima Mandjo.

Il promet ménager aucun éffort pour que le secteur de l’élevage et de la santé animale, en passant par les structures sous tutelle et les organisations socio-professionnelles de la filère bétail-viande soient adaptables aux objectifs du développement durable (ODD).

Une équipe technique est d’ores et déjà mise en place et qui travaille d’arrache-pied pour aider le département à entreprendre les travaux de construction du marché à bétail de Bangui affecté par cette crise a-t-il ajouté.

Le gouvernement Sarandji doit tout faire pour réussir le pari de la restructuration envisagés, afin de hisser le secteur de l’élevage et de la santé animale en Centrafrique.

L’auteur de l’article :

Fiacre SALABE est en instance de soutenance de sa licence professionnelle en Journalisme à l’Université de Bangui. Il est le Journaliste Reporter de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courier : doctarngaba@gmail.com, +236 72614325

Commentaires

commentaires