Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : les victimes de conflits réclament du gouvernement et de la Minusca plus d’actes concrets que de discours

marche
Marche des forces vives de la nation pour la sécurité@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 30/05/17 (www.ndjonisango.net): Au terme de trois jours de deuil national en mémoire des victimes de la barbarie des extrémistes armés au Sud-est de la République Centrafricaine, les forces vives de la nation ont fait une marche pacifique pour la paix et la sécurité, le 24 mai 2017 à Bangui. Un mémorandum recommandant au gouvernement et à la Minusca, la sécurité a été remis au premier ministre Simplice Mathieu Sarandji.

Suite aux récents actes de violence et la criminalité perpétrés par les extrémistes armés qui terrorisent les paisibles populations à l’intérieur du pays, les Centrafricains ont exprimé le mercredi dernier leur ras-le-bol. Les localités de Niem Yelewa, Alindao, Bangassou, Mobaye et Bria connaissent ces derniers temps une recrudescence de violence armée occasionnant de nombreuses pertes en vie humaine des populations et de quelques casques bleus de la Minusca.

A cet effet, les victimes, les leaders politiques, les leaders de la société civile et les autres forces vives de la nation ont recommandé au gouvernement et à la Minusca des actions concrètes pour la sécurité de la population et la stabilité du pays.

Voici pour vous lecteurs, les recommandations de la marche pacifique du mercredi dernier sur la sécurité en République Centrafricaine.

« Eu égard à ce qui précède, Nous, leaders politiques, leaders de la société civile et autres forces vives de la Nation, recommandons :
Au gouvernement : -De tout mettre en œuvre pour restaurer la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national Centrafricain. – De lutter par tous les moyens contre la présence des groupes armés en République Centrafricaine en vue de mettre fin aux violences et aux activités déstabilisatrices sous toutes leurs formes. -D’accélérer le processus du Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) déjà amorcé des ex-combattants des groupes armés. -De traquer, arrêter et traduire en justice tous les auteurs et co-auteurs des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

A la Minusca : D’user de tous les moyens nécessaires en sa possession pour s’acquitter de son mandat par l’application intégrale de la Résolution 2301 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies ».

Commentaires

commentaires