Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : l’union européenne suit de près la gestion de fonds octroyés au gouvernement

Une vue du centre ville de Bangui

Par Mamadou NGAÎNAM

Bangui 2 décembre 2018—Ndjoni Sango : La RCA et l’UE ont signé le 27 novembre dernier un accord de fonds. Le document touche le financement du programme d’appui à l’administration publique, la réforme de la sécurité e            t la redistribution du pouvoir. Il a été signé par le Directeur Général de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne, Stefano Manservisi, et le ministre de l’économie de la RCA Félix Moloua, en présence du président de la République, Faustin-Archange Touadera.           

L’Union européenne va allouer à la République 38 millions d’euros (environ 24,9 milliards de FCFA) dans le cadre du 11ème fonds européen de développement. Cependant, selon le règlement du conseil européen sur la situation financière concernant le 11ème fonds européen de développement, le gouvernement doit dépenser ce fonds selon les principes du l’Union européenne. Cela dit, un « expert » va surveiller la mise en œuvre des programmes à la République centrafricaine.

En outre, la réforme de l’UE demande de poursuivre l’expérience des pays européens. C’est-à-dire prendre un modèle déjà que l’Union impose concernant la gestion de ce fonds.

Comme toujours, l’UE essaie de résoudre certain nombre de problèmes, en imposant une vision européenne de la situation des fonds. L’UE espère évidemment que la RCA entreprendra une réforme de la sécurité et une redistribution du pouvoir sur le modèle du système français. Cet aspect de l’accord est très utile pour la France, qui, sans l’appui de l’UE, intervient dans les affaires de la République centrafricaine.

Le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, dans une interview avec France24, a fortement conseillé à Bangui de refuser d’autres initiatives de paix et de choisir la feuille de route de l’Union africaine.

Paris et l’UE veulent voir la RCA obéissante de ses principes. Les derniers peuvent bloquer l’accès aux ressources naturelles,  la raison vraie pour laquelle la France en Afrique de XIXe siècle, refuse de quitter la RCA.

Pour maintenir l’accès aux richesses de l’Afrique, la France entreprend de diverses astuces. Le dernier était la promesse faite par le président français Emmanuel Macron de restituer à l’Afrique toutes les œuvres d’art qui ont été exportées à l’époque coloniale. Ces petits dons sont destinés à endormir la vigilance des africains.

S’ils étaient intéressés à la paix en RCA, ils tenteraient de calmer les groupes armés. Les rebelles ne sont pas appelés à la paix, ils ne sont pas appelés à pourparlers comme le fait la Russie. Pas. Ils leur permettent de continuer de massacrer la population.

Avant de parler des réformes, il faut parvenir à la désescalade dans le pays. Et l’UE ne le fait. L’inefficacité de la mission de maintien de la paix Minusca est une confirmation superflue.

Commentaires

commentaires