Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Dettes centrafricaines: la banque russe VTB parle d’une erreur technique dans un rapport

Une vue de Bangui, capitale centrafricaine@photo Erick Ngaba

Par Mamadou NGAÎNAM

Bangui 29 novembre 2018—Ndjoni Sango : La Banque de Russie a publié dans les jours passés un rapport selon lequel la République centrafricaine devrait rembourser à la VTB une somme de 802 milliards roubles, soit environ 6.9 billions francs CFA, au 1er octobre 2018. Selon un message de la banque russe VTB, les informations dans le rapport de la Banque de Russie ne sont pas fiables. Car, d’après VTB, la somme totale du crédit est comparable à la dette de la Chypre qu’elle avait emprunté à la Russie.

C’est l’agence Reuters qui a remarqué une dette « surprenante » de la Centrafrique. Les journalistes de Reuters ont noté que le crédit attribué à la Centrafrique était six fois plus grand que le PIB annuel du pays.

La VTB s’est pressée d’expliquer la situation. Selon la banque russe, une erreur technique s’était produite dans le codage des pays lors de la préparation du rapport par la Banque de Russie. Or, en réalité, la RCA n’a pas de dettes à payer à Moscou.

En parlant de prêt fictif de la Centrafrique, la banque russe VTB a publié un message officiel sur cette affaire.

«Hier, en recherchant les versions « conspirologiques », l’idée absurde est venue à l’esprit de l’agence Reuters. Ils ont publié une information selon laquelle la banque VTB avait attribué un prêt de 802 milliards roubles à la République Centrafricaine. Nous avons tout de suite expliqué qu’il s’agissait d’une erreur technique dans le codage des pays, mais cela n’a pas empêché l’agence respectée de publier l’article. Dans cet article même des commentaires du représentant officiel du gouvernement de ce pays mettent également en doute les informations de Reuters. Nous remercions l’agence Reuters de la lecture très attentive des rapports de la VTB. Cependant, nous soulignons que la banque ne mène aucune opération avec la RCA et nous n’avons pas de tels plans splendides concernant ce pays. Nous appelons les journalistes à ne pas produire de fausses sensations basées sur des erreurs techniques. Les rapports corrigés seront envoyés aujourd’hui à la Banque Centrale à 14h00 et affichés spécialement pour les journalistes sur le site de la Banque ».

En avril 2018, la Centrafrique avait effectivement une dette envers Moscou qui, cependant, était au niveau de 2 milliards roubles (environ 17 milliards francs CFA). Au 1er octobre 2018, le crédit a été totalement remboursé. La dette indiquée dans le rapport de la Banque Centrale russe appartient à la Chypre.

En plus, la plupart de créditeurs présents sur la liste proviennent de Russie. Au 1er juillet 2018, la dette chypriote était aux alentours de 838 milliards roubles (environ 7.2 billions francs CFA).

Elvira Nabioullina, chef de la Banque de Russie a également commenté la situation. Elle a déclaré lors du forum « VTB Capital » – « Russie appelle » que les données sur l’endettement centrafricain avaient apparu suite à une erreur technique.

« D’après ce que l’on constate, une erreur technique s’est produite. Maintenant nous sommes en train de vérifier » a commenté la Présidente de la Banque de Russie, Elvira Nabioullina lors du forum.

Un peu plus tard, Andrei Kostine, chef de la VTB a confirmé dans une interview à l’agence de nouvelles RBK TV, une hypothèse selon laquelle les données indiquées dans le rapport appartenaient en effet à la Chypre.

« On a confondu avec la Chypre » a-t-il dit, en ajoutant que la Banque procédait à une enquête officielle sur l’erreur du codage.

« Quand le forum se terminera, je m’occuperai de cette question » a conclu Kostine.

La VTB a déjà procédé à une enquête officielle. Kostine confirme que dans le rapport, la Centrafrique a été confondue avec la Chypre. Ceci pourrait effectivement se produire car, selon la classification internationale des pays dans le système bancaire, les codes de la RCA et de la Chypre se ressemblent : CF pour la RCA et CY pour la Chypre.

Commentaires

commentaires