Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Le Gouvernement Centrafricain s’organise pour un forum sur la promotion du secteur privé, du 9 au 13 septembre 2015

????????

????????

Après le Forum national de Bangui sur la réconciliation inter-centrafricaine, voilà aussi un Forum sur la promotion du secteur privé. En prélude  de  la tenue  de ce  forum sur  la promotion  du secteur  privé qui aura lieu dans une semaine  à  Bangui,  le Comité d’Organisation dudit forum que préside Gertrude Zouta, Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises, a jugé opportun d’organiser une conférence de presse  avec  les professionnels des médias. L’objectif est d’informer les opinions nationales et internationales sur les tenants et aboutissants de ce forum qui confirme  l’engagement ferme du gouvernement de transition de redynamiser le tissu  économique détruit par les derniers événements que  le pays a connus.  

Placé sous le très haut patronage de Catherine Samba-Panza cheffe d’Etat de transition, le Forum se tiendra  à l’hôtel LEDGER à  Bangui du 9 au 13 septembre 2015. Cet événement majeur rassemblera plus de 200 participants environ. Plusieurs délégations étrangères attendues s’associeront aux opérateurs économiques nationaux pour réfléchir ensemble sur les impulsions à donner  à l’économie centrafricaine. Les organisations financières régionales telles que le FAGACE, la BEAC,  la BDEAC, la BVMAC seront au rendez-vous. Les délégations en provenance de la Chine, de la Turquie, du Portugal,  les organisations patronales d’Afrique du nord (Maroc, Algérie)  ainsi que celles de l’Afrique de l’ouest et de la sous-région centrale sont aussi attendues.

Ce forum vise à promouvoir  une vision partagée du rôle  du secteur privé comme  moteur de la relance des activités économiques, quatrième pilier de la feuille de route du gouvernement de transition. Il vise également  à engager les opérateurs économiques dans le vaste chantier de la reconstruction nationale  avec le concours des  partenaires techniques et financiers. Le forum sur la promotion du secteur prive s’inscrit dans la suite logique du dialogue politique initié à partir des concertations populaires à la base; concertations qui ont alimenté les réflexions issues du forum national de Bangui organisé au mois de mai dernier.

« Il convient de rappeler que dans son  adresse à la Nation lors de la fête nationale du 1er décembre 2014, la Présidente de la République, Cheffe d’Etat de Transition a décidé d’organiser un forum  sur la promotion  du secteur privé. Ce dialogue public-privé que nous souhaitons le plus fécond reposera désormais sur une relation dynamique empreinte de confiance et de respect mutuel », a déclaré Gertrude Zouta, ministre du commerce, de l’industrie et des petites et moyennes entreprises.

Ayant pris la mesure de cette situation, le gouvernement de transition a élaboré  et mis en œuvre  la feuille de route qui a fait l’objet d’un recadrage  qui vise à stabiliser le pays puis à poser les bases de son relèvement durable. Un des axes prioritaires de cette stratégie consignée dans le Programme d’Urgence pour le Relèvement Durable (PURD)  est la  poursuite des réformes économiques et financières et la promotion d’une croissance vigoureuse et durable.

Dans cet axe, la relance économique est envisagée dans le cadre d’une collaboration entre tous les acteurs concernés, notamment le secteur privé, moteur de la croissance économique, qui a été sinistré par la crise. Dans les conditions actuelles, le gouvernement de transition s’est engagé, tout en restant attaché à sa volonté de répondre à des situations d’urgence (sécurité, autorité de l’Etat, etc.), à poser les bases de la relance des activités socio-économiques nécessaires au développement du pays. Il est de ce fait important de renouer avec tous les acteurs pour les impliquer dans la stratégie de relèvement et de lutte contre la pauvreté.
« Nos partenaires prennent d’ailleurs une grande part dans cette réflexion collective en nous fournissant des appuis multiformes pour l’organisation de cet événement majeur. Ces appuis comprennent la mise à disposition d’une expertise  de haut niveau pour préparer les thématiques et animer les ateliers ainsi que des contributions matérielles et financières selon les cas ». a-t-elle souligné.

Cet élan de solidarité, a martelé la ministre,  confirme la crédibilité de cette initiative présidentielle  et exprime tout l’intérêt que les partenaires accordent à la relance des activités économiques en République centrafricaine afin de réduire la pauvreté et lutter contre le chômage en particulier, celui des jeunes en milieu urbain et rural. Il s’agit principalement des partenaires comme l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (l’ONUDI), la Banque des Etats de l’Afrique Centrale(BEAC), de l´Union Européenne(UE), de la Banque Mondiale(BM), et de l’Agence Française de Développement(AFD).
« Je saisis l’occasion de la tribune que vous m’offrez pour exprimer aux uns et aux autres la reconnaissance de la nation centrafricaine toute entière  et la profonde gratitude du Gouvernement de Transition », a ajouté la présidente du Comité de l’organisation du Forum.

L’amélioration sensible de la situation sécuritaire depuis l’engagement des forces internationales et la tendance de son affermissement, concomitamment avec les différents fora organisés sur la crise centrafricaine qui font germer la cohésion nationale, ce forum offre un environnement propice à la reprise progressive de l’activité économique. Alors qu’elle a atteint le niveau le plus catastrophique dans son histoire, avec un taux de croissance de -36,9% en 2013, l’économie centrafricaine a renoué lentement avec la croissance de 1,6% en 2014 et de bonnes perspectives pour 2015 laissant apparaître un taux de croissance de plus de 5,7%. Ce qui augure pour l’année 2016 une embellie significative. Le forum se présente donc comme un cadre idéal de concertation, de partages  d’expériences et  de résilience.
Ce forum offre ainsi, l’occasion exceptionnelle de développer  les réseaux d’affaires, de concrétiser des partenariats en proposant de nouvelles opportunités d’investissements dans un pays en pleine reconstruction. Il est organisé autour de trois types d’activités, à savoir :
exposé-débats  en séance plénière ; Travaux en  atelier  en petits groupes ; rencontres  d’affaires B2B. Les exposés débats comprennent  les sept thématiques. Il s’agit des opportunités d’affaires et investissements en Centrafrique sous forme  de film documentaire; la fiscalité des entreprises, élargissement de l’assiette fiscale et incitation aux investissements; la redynamisation  du  dispositif d’assistance et  d’appui aux  PME ; la formation, l’adéquation et emploi ; la problématique du  financement  de l’économie; l’entreprenariat  féminin ; le commerce transfrontalier et intégration sous régionale.

Les travaux en ateliers, concernent les grappes de croissance que sont l’agriculture, les forêts et les mines. Le quatrième atelier, plus transversal, traitera de l’amélioration du climat des affaires avec l’ ´assistance  de la Société Financière Internationale(SFI) et la Banque mondiale.
« Le programme est riche et varié comme vous pouvez vous en rendre compte.  À l’issue de ces travaux, nous escomptons de développer un véritable partenariat solide entre les pouvoirs publics et le secteur privé », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, la présidente du Comité d’organisation madame Zouta a exprimé les attentes du gouvernement de transition pour ce forum. A  cet  égard,  le  gouvernement attend, d’après elle, à ce que ce forum débouche sur les recommandations opérationnelles dont la mise  en ouvre permettra une amélioration  du climat des affaires, condition sine qua non de  la promotion du secteur privé en République centrafricaine.

Commentaires

commentaires