Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : le secteur privé comme solution au développement économique, estime le président Touadera

Par christelle ADRISSE

Faustin Archange Touadera, Chef de l’Etat centrafricain

Bangui 3 septembre 2019—(NDJONI SANGO) : Dans sa prise de parole au sommet Japon-Afrique tenu la semaine dernière à Tokyo, le Chef de l’Etat centrafricain, Faustin Archange Touadera, a estimé que le secteur privé est la solution au développement économique de l’Afrique.  

Le développement du secteur privé en Afrique est souvent entravé par un certain nombre d’obstacles, parmi lesquels on peut citer : l’instabilité politique, le secteur informel, l’accès aux financements, les longs délais pour les formalités de création d’entreprises, la très forte fiscalité, l’environnement du climat des affaires, notamment la sécurité juridique et judiciaire des investissements.

C’est ce qu’a fait savoir le président centrafricain qui a pris part au 7e Sommet Japon-Afrique à Tokyo. Pour lui, la paix est indispensable au développement économique.

 « La paix est donc une base nécessaire et indispensable pour la stabilité et le développement d’un pays. C’est pourquoi, dès ma prise de fonction en mars 2016, j’ai fondé ma stratégie de reconstruction post-crise, de paix et de stabilité sur la relance de l’économie, le désarmement, la démobilisation et la réintégration ainsi que sur la réforme du secteur de la sécurité et la réconciliation », a déclaré Faustin Archange Touadera.

Grace à l’Accord Politique de Paix et de Réconciliation, signé le 6 Février 2019 à Bangui avec les 14 groupes armés, la République centrafricaine est en train de tourner les sombres pages de conflit armé. Le président centrafricain table sur la redynamisation du secteur privé.

«Si l’on veut réaliser des performances économiques susceptibles de faire sortir un grand nombre de personnes de la pauvreté, il faut un secteur privé dynamique, dans lequel les micros, petites et moyennes entreprises prospèrent aux côtés de grandes entreprises, parallèlement à des les activités à forte intensité de main-d’œuvre qui soient elles aussi florissantes » a-t-il mentionné.

La croissance moyenne  de l’Afrique est de 5% chaque année depuis 5 ans dans le secteur privé. L’amélioration de l’environnement des affaires dont la qualité est structurante pour la création et le développement des entreprises, les Etats africains dont la République centrafricaine doivent se doter d’infrastructures de qualité susceptibles d’amplifier leur croissance.

Le potentiel de croissance du continent au cours des prochaines années pourrait être plus important, si les pays d’Afrique parvenaient à lever quelques points de blocage.

Commentaires

commentaires