Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: 50 ans de création de l’Université de Bangui, le recteur dresse le bilan

Par Jason MARLEY

Le rectora de l'Université de Bangui@photo Marly Pala
Le rectora de l’Université de Bangui@photo Marly Pala

Bangui 12 novembre 2019 (Ndjoni-Sango) : Créée le 12 novembre 1969, l’Université de Bangui totalise 50 ans aujourd’hui. La cérémonie d’anniversaire a eu lieu ce mardi 12 novembre dans l’enceinte dudit établissement en présence des autorités universitaires. Une occasion pour le recteur Dr Jean-Laurent Syssa-Magalé de dresser un bilan plus ou moins positif de ladite université.

Depuis l’accession de la République Centrafricaine à l’indépendance jusqu’à ce jour, l’Université de Bangui demeure l’unique établissement du supérieur pour l’Etat. Alors que chaque année, de nombreux étudiants y entrent.

A 50 ans d’existence, l’unique Université de l’Etat peut compter près de 13 mille étudiants. Une progression en horizontal et vertical, selon Docteur Jean-Laurent Syssa-Magalé, recteur de l’Université de Bangui :

«En horizontal, je veux parler de la création de l’Université avec 2 à 3 facultés et maintenant, on totalise 5 facultés, 6 centres de recherche et des instituts. En vertical, quand l’Université a été créée, il n’y avait que la 1ère et la 2ème année. Maintenant, on est passé en licence, maîtrise et doctorat, parce qu’il y a une école doctorale de nos jours. En tout, je dirai que l’Université a grandi en termes de ressources humaines, car les gens qui partent de chez nous, discutent d’égal à égal aux étudiants ou aux maîtres de conférences  d’ailleurs. En termes de mission, je dirai que beaucoup de cadres centrafricains sont formés par l’Université de Bangui », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’effectif pléthorique des étudiants, le recteur affirme qu’un projet de construction d’une nouvelle université est en cours.

« c’est vrai qu’il y a des endroits qui nous manquent. Mais nous travaillons pour que le problème de massification puisse être réglé afin qu’une partie de l’Université puisse être délocalisée parce qu’il y a un site qui est en cours », a-t-il précisé.

Il faut rappeler que des fonds saoudiens ont été décaissés pour la construction des infrastructures universitaires afin d’accueillir jusqu’à 30 mille étudiants. Mais le projet d’exécution n’est pas encore mis à jour.