Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Des candidats à la présidentielle du 30 décembre dénoncent une mascarade électorale

10561798_979460715461391_4361092946198185560_nUn nouveau rebondissement dans le processus électoral en République centrafricaine.  Les candidats à l’élection présidentielle  se disent lésés du processus électoral dont la proclamation des résultats partiels et provisoires par l’Autorité nationale des Elections (ANE). Au moins, 21 d’entre eux ont signé une déclaration demandant l’arrêt du processus électoral en cour au profit d’un processus concerté. Ils ont en unanimité déclaré les opérations électorales en cour non crédibles, concernant la proclamation des résultats provisoires par l’ANE.

Dans une conférence de presse organisée en fin de cet après-midi du 04 janvier que les 21 des 30 candidats à la présidentielle ont fait leur déclaration relative à la proclamation des résultats provisoires. En dépit des obstacles de toutes sortes, en toute responsabilité, ils ont souligné que la classe politique a accepté d’aller à ces élections. La classe politique centrafricaine a ainsi offert, d’après les candidats lésés, l’opportunité au gouvernement, à l’ANE et à la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour un meilleur aboutissement de la transition politique telle que définie dans la feuille de route, les différents textes légaux ainsi que les résolutions du

10269537_10205599713768982_5462973834650963839_nEn unanimité, ils contestent les résultats en cours et parlent d’une mascarade électorale qu’ils refusent d’en être des complices. Cependant, ils exigent purement et simplement l’arrêt des opérations électorales au profit d’un processus concerté. Par la même occasion, ils déclarent non crédibles ces opérations.

Selon eux, les opérations électorales démarrées depuis 30 décembre 2015 ont révélé de graves insuffisances d’organisation, de multiples irrégularités et intimidations dans le déroulement du scrutin, et des manipulations de nature à remettre fondamentalement en cause la sincérité, la transparence et la crédibilité du scrutin.  En exemple, ils ont souligné des cas d’irrégularités sur les numéros attribués aux candidats. D’après les 21 candidats signataires, les numéros affectés à chaque candidat sur les procès-verbaux (PV) ne correspondent pas à ceux des bulletins de vote. Sur le bulletin de vote du candidat Sonny Colé a le numéro 23 alors qu’il a le numéro 12 sur les procès-verbaux. « Les résultats qui lui ont été accordés sur les procès-verbaux sont-ils bons ? », s’interroge le candidat Sonny Colé en question.

Il en est de même pour tous les candidats, à en croire les candidats signataires de la déclaration. Ainsi Martin Ziguelé a le numéro 7 sur les bulletins de vote et le numéro 4 sur les PV ; Karim Meckassoua a le numéro 14 sur les bulletins et le n° 22 sur les PV ; Jean Serge Bokassa a le numéro 28 sur le bulletin de vote et le n°29 sur les PV, Gouyongbia Zezé a le numéro 17 sur les bulletins et le n°9 sur les PV ; Cyriaque Gonda a le n°9 sur les bulletins de vote et 5 sur les PV etc…

« Nous arrêtons que sur la forme ainsi décrire, nous nous posons la question de la sincérité, de la crédibilité et de la transparence dans les résultats provisoires annoncés par l’ANE. La précipitation avec laquelle l’ANE a organisée ce scrutin se poursuit dans l’annonce fantaisiste des résultats provisoires », a fait savoir Théophile Sony COLE, candidat indépendant à la présidentielle qui a animé la conférence de presse.

En outres, les candidats à l’élection présidentielle signataires de la déclaration relative aux opérations électorales, invitent tous les acteurs impliqués à se mettre autour de la table pour définir les modalités pour, selon eux, la sauvegarde de la nation. Ainsi, ils invitent la population centrafricaine à la retenue et au calme. Par ailleurs, ils en prennent à témoin, l’opinion internationale. Les signataires de cette déclaration sont: Jean Michel Mandaba, Armel Doubane, Fidel Gouandjika, Désiré Zanga Bilal Kolingba, Sylvain Patassé, Timoléon Baikoua, Regina Konzi, Mandata Nguerekata, Karim Meckassoua, Jean Barkes Gombe kette, Laurent Gomina Pampali, Kongba Gouyomgbia, Mathias Morouba, Jean Wilibiro Sako, Téodore Kapou, Emile Gros Raymond Nakombo, Sylvestre Yangongo, Sonny Cole, Olivier Gabirault, Moussa Kembe, Jean Baptiste Koba, Jean Serge Bokossa (non signataire mais figure parmi les 21)

Eric NGABA

Commentaires

commentaires