Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Les fraudes massives au niveau de la transition, Jean Jacques Demafouth à l’origine

téléchargement

LU POUR VOUS: N’avons-nous pas dit que ces élections étaient mal organisées ? Si une ou deux personnes se plaignent on peut les traiter de menteurs, mais 22 personnes ne peuvent faire une hallucination collective. Ces élections étaient déjà préparées à l’avance, les carottes étaient bien cuites et prêtes à manger de surcroît. Ces élections étaient censées être organisées par l’Autorité Nationale des Elections n’est-ce pas ?

Comment expliquez-vous le fait que JEAN JACQUES DEMAFOUTH puisse bénéficier d’un décret muet comme superviseur général des Elections ? Ce poste n’est-il pas au-dessus de l’Autorité Nationale des Elections ? Les candidats contestataires ont raison de se plaindre des fraudes massives qui ont pour but de continuer avec les mêmes personnes. Pour leur propre sécurité contre les éventuelles poursuites judiciaires.

JEAN JACQUES DEMAFOUTH est décidément l’homme qui a plombé la Centrafrique. Il est dans toutes les sauces, selon les informations de sources fiables qui nous sont parvenues, les urnes arrivent directement dans le bureau de l’homme qui fait tout au niveau de la République JJD, il les remplace et brûle d’autres bulletins avant de transmettre ce qu’il veut à l’ANE.

Où est l’impartialité des Autorités de la Transition ?

C’est DEMAFOUTH qui a tout dirigé d’une main de fer, de la sélection des candidats aux résultats provisoires et partiels des élections couplées de Décembre 2015. Qu’on ne vienne pas nous dire que les élections sont organisées par l’ANE. On comprend mieux pourquoi les scores fantaisistes sont sortis de nulle part pour nous faire croire à un vote sanction. On tant qu’observateur politique on connait comment les votes se font en Centrafrique. Celui qui était à mon humble avis le reflet du peuple Centrafricain était sans doute AMINE MICHEL qui les aurait sans doute battre tous à plate couture. Les candidats qui étaient inquiets de la montée du président de l’UNDP AMINE MICHEL se sont arrangés avec les autorités de la Transition pour l’écarter. Aujourd’hui leur jour aussi est arrivé, ils sont roulés à leur tour. Ces pratiques mafieuses au sommet de l’Etat doivent cesser pour redonner un nouveau souffle au peuple Centrafricain. C’était une compétition à laquelle doivent participer tous les Centrafricains qui remplissent les critères. AMINE MICHEL, aurait pu battre tout le monde aisément.

Le taux d’abstention démontre à quel point le peuple est mécontent, une partie du peuple qui est allée aux urnes est allée malgré elle. Personne de tous les candidats qui concourent pour accéder à la plus haute fonction de l’état n’a atteint le score fatidique de 25% , donc quel que soit le président qui sera élu, il souffrira de légitimité et sera impopulaire plus que jamais l’a été un président Centrafricain.

Quand est ce que le peuple sera vraiment libre de choisir son représentant ?

La mascarade électorale se passe au vu et au su de tout le monde sans que quelqu’un ne branche ? Quel est ce pays ? Sommes-nous tombés sur la tête ? Après avoir écarté successivement AMINE MICHEL de l’UNDP et BIDA KOYAGBELE de KITE, DEMAFOUTH a désormais les mains libres pour manœuvrer. L’avenir nous le dira. WAITT AND SEE !

FARGONI ALAIN MICHEL

Source : Taka Parler

Commentaires

commentaires