Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: l’Atlas du Bassin du Congo officiellement remis au gouvernement par la CICOS

Photo de famille après la rémise de l'Atlas du bassin du congo à la RCA@Eric Ngaba

Photo de famille après la rémise de l’Atlas du bassin du congo à la RCA@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 17/10/17 (www.ndjonisango.net): La Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) a officiellement présenté et remis au gouvernement de la République Centrafricaine, le document de bases de données des ressources en eau de l’Afrique Centrale, appelé Atlas. La remise a été faite hier 16 octobre 2017 au siège de la commission de la CEMAC à Bangui, par le représentant du Secrétaire Général de la CICOS, Gregory Lionel Beyina, au représentant du Ministre centrafricain du Développement de l’énergie et des ressources hydrauliques, Olivier Malibanga, à la cérémonie de la présentation et de la remise de ce document.

Après avoir présenté et remis officiellement l’Atlas au gouvernement du Cameroun, la CICOS poursuit sa mission de diffusion de l’Atlas du Bassin du Congo édition 2017, en remettant le document au gouvernement de la République Centrafricaine.

La cérémonie de la présentation et de remise du document s’est tenue dans la salle de conférence du siège de la Commission de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) à Bangui, capitale de la République Centrafricaine.

La présentation dudit document a mobilisation des autorités centrafricaines et acteurs de la gestion des ressources hydrauliques ainsi que les professionnels des médias publics et privés.

« Depuis que les Etats de l’Afrique Centrale se sont organisés dans une commission qu’on appelle la CICOS, aucun document qui présente l’aperçue générale et le contenu réel du Bassin n’a été produit. Aujourd’hui, c’est chose faite, la CICOS dispose désormais pour le compte des Etats un Atlas qui retrace toutes les richesses du Bassin. C’est un grand jour pour les Etats membres de la CICOS » se réjouit Olivier Malibangan, Inspecteur central en matière de l’énergie et de l’hydraulique, représentant personnel du du Ministre centrafricain du Développement de l’énergie et des ressources hydrauliques, Olivier Malibanga.

Afin de disposer d’un outil de concertation pour promouvoir la navigation pour voies d’eaux intérieures et gérer équitablement les ressources en eau au sein du Bassin du Congo, les Chef d’Etats de quatre pays à savoir le Cameroun, la Centrafrique, le Congo-Brazzavil, et le Congo-RD ont, au début, signé le 21 novembre 1999, l’Accord instituant un régime fluvial uniforme et créant la Commission Internationale du Bassin du Congo Oubangui Sangha (CICOS). Deux Etats, notamment le Gabon en mars 2011, et l’Angola ne juin 2015, se sont joints aux autres Etats pour compter aujourd’hui six (6) Etats membres.

Le mandat de la Commission repose sur deux missions essentielles qui sont la promotion de la navigation intérieure et la gestion intégrée des ressources en eau. Il s’agit pour la CICOS de garantir la gestion durable des voies navigables, harmoniser la réglementation en matière de transport par voies d’eau intérieures pour la sécurité de la navigation et la protection de l’environnement, prendre en compte les préoccupations de tous les usagers des ressources en eau, lors de la planification régionale, partager entre les Etats les revenus générés par les usagers de l’eau, et de soutenir le développement et lutter contre la pauvreté.

«Je voudrais d’emblée dire que c’est un document de référence pour tout le Bassin du Congo du fait qu’il présente les différentes potentielles que regorge ce Bassin. Ce document essaie de lui donner les potentielles que nous pouvons trouver dans ce Bassin. Les Etats membres du Bassin peuvent au travers de différente politique de développement valoriser ces ressources en faveur du bien-être des populations », a fait savoir Sallé Bako, membre du Comité de Direction de la CICOS, par ailleurs Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Eau et de l’Assainissement (ANEA) en Centrafrique.

Le Bassin du Congo est le 2ème bassin au monde après l’Amazonie. Il regorge des ressources hydrauliques inestimables profitables aux 170 millions d’habitants du Bassin. Après la présentation et la remis de l’   Atlas du Bassin du Congo au gouvernement centrafricain, la CICOS va faire de même à tous les autres Etats membres.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance pour plusieurs agences presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires