Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: les parlementaires informés sur la REDD+ par la coordination nationale climat

Le ministre de l'environnement Yvon Kamach et les députés@Fiacre Salabé

Le ministre de l’environnement Thierry Kamach et les députés@Fiacre Salabé.jpg

Par Fiacre SALABE

Bangui 20/09/17 (www.ndjonisango.net): LA coordination nationale sur le changement climatique en Centrafrique a organisé le vendredi 15 septembre, un atelier d’information sur la réduction des gaz à effet de serre et la problématique du changement climatique à l’intention des députés sensés jouer un rôle crucial dans la mise en œuvre des projets par ladite coordination. Plusieurs élus du peuple ont pris part à cet atelier.

La salle de conférence de la coordinnation nationale climat a servi de cadre à un échange fructueux entre les parlementaires centrafricains et les cadres du secteur du changement climatique du pays, sous l’égide du Ministre de l’environnement Mr Thierry Kamach.

La réduction des émissions des gaz à effet de serre dûe à la déforestation et la dégradation des forêts, la question de la conservation, la gestion durable des forêts en passant par l’auglentation des stocks des carbones forestiers constitue le menu de cet échange.

Selon le coordonnateur national climat Mr Igor Tola Kogadou, « La réduction des émissions des gaz à effet de serre REDD+ est un mécanisme international visant à rémunérer les pays en développement faisant des éfforts pour lutter contre les émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts. Le mécanisme REDD+ est une opportunité significative perméttant l’atténuation du changement climatique en Centrafrique » a-t-il montré.

Au cours de cet atelier, plusieurs textes internationaux comme la convention cadre des nations unies sur le changement climatique, l’accord de Paris sur le climat sont au centre du débat entre l’équipe de la coordination nationale climat et les parlementaires conviés à cet atelier.

« Notre pays ne fait pas partie des pays émétteurs des gaz à effet de serre donc nous ne sommes pas du tout contraint à nous investir dans des actions visant à réduire les émissions des gaz à effet de serre selon la convention cadre des nations unies sur le changement climatique. Par contre, l’accord de Paris sur le climat dont nous avons ratifié en 2017, fait appel à tous les pays signataires des efforts dans le sens de mener des actions dans l’optique d’atténuer le changement climatique à travers la réduction des gaz à effet de serre » a ajouté le coordonnateur national climat Igor Tola Kogadou.

De leur côté, les députés ayant pris part à cet atelier d’information sur le changement climatique et la REDD+ en Centrafrique, se disent prêts à soutenir toutes les actions qui seront menées par la coordination nationale climat dans l’intérêt du pays.

« Au cours de cette rencontre, nous avons parlé des défis liés au changement climatique et des réponses qu’on doit apporter pour pallier à ce phénomène. Je pense qu’au niveau de l’Assemblée Nationale, nous ferons tout pour soutenir les efforts que la coordination nationale climat va mener pour atténuer le changement climatique. Il importe que chaque parlementaire recense les besoins de ses populations pour mettre à disposition de la coordination afin d’aider aux actions visant à la réduction des émissions des gaz à effet de serre » a expliqué André Nalké Doroko, député de Berberati.

Pour Blaise Nzanga, Directeur d’étude et de mobilisation des ressources à CNC, « Auoujd’hui, le fonds vert climat est un projet qui vise à mobiliser les ressources nécessaires pour question de l’aide à la préparation à ce fonds compte tenu de l’importance des financement à mobiliser et des activités à mener. Vous savez, pour accéder au fonds vert climat, il faudrait impliquer dans les stratégies nationales tous les aspects liés au changement climatique. Les députés sont aussi concernés car ils seront appelés à prendre en compte les besoins de leurs populations nous perméttant de mèttre en œuvre les prejets consistant à atténuer les émissions des gaz à effet de serre » a-t-il souligné.

Il est à noter que dans le cadre d’adaptation et d’atténuation voulues par la REDD+, plusieurs projets seront mis en œuvre tel que dans la Lobaye où un projet de reboisement est en cours en collaboration avec le PNUD.

La mise en œuvre de ces projets va créer des mains d’œvre pour les populations de la zone d’exécution du projet.

Commentaires

commentaires