Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Bangui – Mpoko : MSF réduit ses activités à la suite d’un braquage à main armée

62b4fe265dDans un contexte toujours aussi imprévisible, une voiture de Médecins Sans Frontières (MSF) a été attaquée à l’entrée du camp de déplacés de Mpoko, près de l’aéroport. Le véhicule et son contenu ont été volés. Cette attaque à main armée a pour conséquence directe l’arrêt des consultations externes dans l’hôpital de Mpoko (les urgences et la maternité restent ouvertes) et vient s’ajouter à la longue liste des menaces et incidents qui ont eu lieu à l’encontre de MSF dans le pays.

C’est sur la route, à l’entrée du site de déplacés de Mpoko, alors qu’elles allaient travailler, que les équipes MSF se sont faites arrêtées par un groupe d’hommes armés. Après avoir fait sortir le personnel présent dans la voiture sous la menace des armes, ces hommes ont pris possession du véhicule et du matériel qu’elle contenait et sont partis, laissant les équipes sous le choc.

« Ce qui s’est passé est inadmissible et intolérable. C’est compliqué de travailler dans ces conditions-là, sans garantie de sécurité pour nos équipes à Bangui. Nous avons donc pris la décision de réduire en partie les activités dans notre hôpital de Mpoko et de suspendre les consultations externes. Nous ne prendrons plus en charge pour le moment que les urgences et la maternité », déclare Emmanuel Lampaert, chef de mission MSF à Bangui.

MSF rappelle que les activités mises en place à Bangui et dans le reste du pays ont pour but de venir en aide à la population. En attaquant les équipes MSF, les voleurs ont menacé leur sécurité et les ont donc empêchées de travailler, ce qui a pour conséquence directe de priver de soins de nombreuses personnes.

« Nous demandons aux différents groupes de respecter nos personnels, nos structures et notre matériel afin de permettre à nos équipes de continuer à apporter un soutien essentiel à la population qui en a besoin », insiste Emmanuel Lampaert.

MSF travaille dans le camp de Mpoko depuis décembre 2013 et a mis en place un hôpital qui dispense gratuitement des soins de santé primaire et secondaire ainsi qu’un service de maternité. En moyenne, les équipes reçoivent plus de 400 personnes par jour dans cette structure.

Commentaires

commentaires