Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

La moitié de la population centrafricaine souffre  de la faim selon le PAM

SAMSUNG CAMERA PICTURES

les bénéficiaires des produits alimentaires au 92 logements à Bangui/@Eric Ngaba

Dans un communiqué diffusé  ce mercredi 20 janvier, le Programme Alimentaire Mondial alerte l’opinion de cette situation de famine en Centrafrique. Le nombre de personnes souffrant de la faim a doublé en un an pour atteindre 2,5 millions. Un montant de 41 millions de dollars est nécessaire au PAM pour y faire face, d’après ce communiqué de presse.

« Trois années de crise ont conduit les familles à épuiser graduellement toutes leurs ressources, alors que l’insécurité et les déplacements perdurent. Les familles ont été forcées si souvent de vendre ce qu’ils possèdent, retirer leurs enfants de l’école, même recourir à la mendicité », a déclaré Guy ADOUA, Directeur adjoint du Bureau pays du PAM en RCA, décrit ainsi cette situation de faim.

Ce communiqué dresse le tableau sombre de la faim en Centrafrique, un pays qui dispose d’énormes potentialités naturelles. L’insécurité qui est un frein aux activités agricoles a beaucoup contribué à cette situation effroyable. L’urgence de cette situation est un vrai défi pour la nation centrafricaine et la communauté internationale.

Selon ce communiqué, une personne sur six souffre d’insécurité alimentaire féroce, seuls 35% des centrafricains vivent une insécurité alimentaire modérée. L’insuffisance alimentaire contraint la population à consommer des aliments   qui coûtent moins chers. Ces aliments, selon le  PAM, contiennent une faible teneur en éléments nutritifs.

Les affrontements sanglants de septembre 2015 ont provoqué le déplacement de  près d’un million de personnes amplifiant une situation de faim déjà indescriptible. Ce communiqué de presse a précisé que «  la récolte de 2014-2015  était maigre et les prix de denrées alimentaires restent élevées ». Des villages brûlés, des champs détruits et des campagnes de semence et récolte perturbées.

Le PAM ne semble pas reculer face à l’ampleur de cette montée en puissance de la situation de la famine. Garant de la lutte contre la faim dans le monde, le PAM a aidé 400 000 personnes  en décembre 2015 à travers les contributions générales de nourritures.

Le PAM a multiplié des activités dans ce sens. L’agence onusienne a fait des transferts monétaires en espèces aux populations en détresse et aussi un soutien nutritionnel, des repas scolaires et des activités « vivres contre travail ». Mais ce pendant, il est fait mention des difficultés que rencontre le PAM. Son financement n’est actuellement que de 45% de son budget.

Juvénal KOHEREPEDE

 

 

 

 

Commentaires

commentaires