Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Le Comité international de la croix rouge dresse son bilan

SAM_3330.jpg

Yves Giebien, Coordonnateur santé CICR/@Eric Ngaba

Ndjoni Sango (Bangui 26/01/16):_C’est un bilan positif que le Comité International de la  Croix-Rouge a présenté à la presse. Les responsables de cette organisation humanitaire ont mis en exergue le rôle qu’ils ont joué durant la crise centrafricaine. Cette rencontre a eu lieu au siège du CICR au quartier Benz-vi à Bangui ce 22 janvier.

« Le CICR  intervient dans les zones où le besoin se fait sentir », propos d’Yves GIEBIEN. C’est l’une des réponses aux questions des journalistes durant cette rencontre. Yves GIEBIENS, coordonnateur santé appuyé d’Innocent ITIKOISSE, Assistant Management, ont été les interlocuteurs des hommes et femmes de  média ce vendredi 22 janvier. Ces deux cadres du Mouvement International de la Croix Rouge et du Croissant Rouge ont éclairé la lanterne des média sur leurs rôles dans plusieurs domaines.

Santé, sécurité économique, protection, eau et habitat sont les principaux domaines d’intervention du CICR. Certaines préfectures du pays ont bénéficié des interventions multiformes du CICR. Des populations en détresse du fait de cette crise.

Selon les explications des conférenciers, le CICR a assuré l’approvisionnement en eau potable en faveur des personnes déplacées .Il  a aussi soutenu la SODECA à fournir l’eau potable à Ndélé et même à Bangui. On dénombre plus de 60.000 personnes à Bangui, Kaga Bandoro et à Bambari qui sont approvisionnées en eau potable, selon un document publié par le CICR.

Dans ses réalisations de 2015, le Comité International de la Croix Rouge a pu faire de la prévention. La prévention des populations en temps de conflits à travers la formation de plus de 3500 éléments des Forces Armées Centrafricaines, des forces internationales et des groupes armés. Ces différentes entités armées ont bénéficié de la formation sur le Droit international Humanitaire, encore appelé droit de guerre.

Selon Innocent ITIKOISSE, le CICR a formé les conducteurs de taxi-moto sur les premiers soins ou les premiers gestes à faire avant d’amener un blessé à l’hôpital. Cette initiative est intervenue du fait que ces derniers sont fréquemment victimes des accidents.

L’intervention du CICR dans la sécurité économique revêt plusieurs formes. Beaucoup de préfectures et sous-préfectures du pays y ont bénéficié. C’est environs 30.000 personnes déplacées qui ont été assistées à Bangui, sur l’axe Bambari-Ippy ou à Kouanga avec des vivres.

Juvénal KOHEREPEDE

Commentaires

commentaires