Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : des nouveaux cas d’abus sexuels commis par les casques bleus de la Minusca à Bangassou

Les casques bleus de la Minusca à Bangui@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 8 mars 2018 (Ndjoni Sango) :- des nouvelles révélations sur les abus sexuels commis par les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) continuent de se faire enregistrer. Dans un journal espagnol, l’évêque de Bangassou, Monseigneur Aguire, a révélé les nouveaux cas. Lors de sa conférence de presse mercredi dernier, la Minusca a rejeté ces accusions.

La Minusca dit avoir pris au sérieux les révélations d’abus sexuels commis par ses troupes dans la ville de Bangassou au Sud-est de Centrafrique. Les informations sur ces allégations ont été portées à l’attention des Nations Unies depuis quelques mois et ont été examinées par le biais d’une mission de recherche d’information menée avec l’aide de sources locales, notamment des institutions non-gouvernementales apportant assistance aux personnes déplacées présentes dans le site de l’évêché de Bangassou.

D’après Monseigneur Aguire, les faits se sont produits sur le site des personnes déplacées à l’Evêché de la ville de Bangassou. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, la Minusca a rejeté en bloc ces informations. Pour la Mission onusienne, aucun élément tangible ne pouvait étayer ces informations.

Néanmoins, la Mission dit avoir maintenu des contacts avec les acteurs locaux, afin de « veiller à ce que de plus amples informations sur toute allégation nouvelle ou passée soient communiquées dès que possible ».

« La Mission reste déterminée à assurer que toute nouvelle allégation d’exploitation et d’abus sexuels fasse l’objet d’une enquête et que les auteurs dont la culpabilité aurait été établie par une enquête, soient dûment sanctionnés, conformément à la politique de tolérance zéro du Secrétaire général » a indiqué la Mission onusienne en Centrafrique.

Dans ce contexte, la Minusca informe qu’elle travaille à élargir son réseau communautaire de signalement de l’exploitation et des abus sexuels, y compris à Bangassou. La mission a mis à la disposition du public un numéro vert dont 4044.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires