Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : Affaire Alfred Yekathom Rombho à la CPI, son conseil demande la transparence

Conseil de Afred Yekathom Rombho lors de la conférence de presse à Bangui

Par Suzan DAWORO

Bangui le 01 Aout 2019 — (NDJONI SANGO), les avocats du suspect Alfred Yekathom Rombho, leader de milice Anti Balaka au sud de Centrafrique, transféré le 18 novembre  2018 à la Cour Pénale Internationale (CPI), souhaitent un procès équitable et recherche la vérité dans les procédures du déroulement de son procès.

Le suspect Alfred Yekathom doit comparaître le mois prochain devant la CPI qui va se prononcer en charge et à décharge. Pour la transparence dans la procédure du procès, son conseil exige la vérité.

« les centrafricains ont droit de connaître ce qui se passe à la Haye, ont le droit de connaître comment se déroule le procès et nous espérons que les médias centrafricains tout comme certains médias  internationaux suivrons la procédure pas seulement le premier jour et le dernier mais bien pendant la procédure parce que c’est là que nous voyons la différence»  a indiqué Maitre Stéphane Bourgon, membre de l’équipe de la défense de Yekathom  près la CPI, lors de sa rencontre avec la presse.

Son conseil veut s’assurer que la procédure du procès de son client soit équitable dans le respect de ses droits.

« Nous ne sommes pas là pour chercher à représenter une personne accusée pour obtenir un résultat,  la défense  est là  d’abord et avant tout pour  s’assurer que la procédure sera équitable et que les droit de Mr Yekathom seront respectés », a ajouté Maître Bourgon.

Sur l’affaire Rombho, la CPI a recueilli des témoignages auprès des victimes en Centrafrique, lui permettant d’être en avance dans la procédure du procès.

«  Le bureau de la CPI en Centrafrique a commencé à enquêter sur ce dossier depuis plus de quatre ans. Donc évidement ils ont une avance certaine pour la préparation du procès, mais nous allons vérifier l’exactitude et la véracité des informations accumulées par l’accusation ».

De son côté, le conseil de Rombho se renforce en éléments de preuves à décharge pour préparer le procès.

« Nous allons nous même rencontre les témoins, obtenir leurs point de vu de ce qu’ils ont vue de façon à ce que le procès se déroule avec un maximum d’information », a martelé Maître Bourgon, avant de souligner que le conseil a déjà rencontré plusieurs personnes sur le cas de son client.

Malgré les contextes difficiles, la priorité du conseil de Rombho, est d’avoir des témoins qui pourront témoigner en public le jour du procès.

 «Pour la défense, un témoin qui a le courage  de se présenter avec son identité est un gage  de fiabilité du témoignage parce que le témoignage est connu et on peut en ce moment voir la possibilité de comparer les témoignages. Si un témoin qui veux approcher la défense souhait être  protégé nous allons tout faire pour prendre des mesures que l’identité soit protégée et que des mesures soient prises s’il y’a des incidents plus graves » a-t’il renchérit.

Notons que le suspect Alfred Yekathom Rombho a comparu pour la première fois devant ses juges le 23 novembre 2018 et le procès de confirmation des charges et à décharges aura lieu le 19 septembre prochain.