Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: vers un désenclavement numérique du pays à travers l’installation des fibres optiques ?

Par Fiacre SALABE

Une vue du centre ville de Bangui, capitale centrafricaine@Photo-Erick-Ngaba

Bangui 3 Septembre 2019— (Ndjoni Sango): A l’heure de la mondialisation, le désenclavement numérique du pays à travers l’accès facile à l’internet constitue en effet un moyen inéluctable pour le foisonnement et la dynamique de l’économie centrafricaine, gage d’un développement durable pour le bien-être des populations. Le président Faustin Archange Touadera à travers l’appui technique et financier de la banque africaine de développement (BAD), et de l’union européenne (UE) va lancer ce vendredi le projet d’installation des fibres optiques via le Cameroun et le Congo.

La ville de Berberati située dans la préfecture de la Mabéré-kadéï servira ce vendredi 4 octobre de cadre au lancement du projet dénommé Central African Backbone, consistant à installer les fibres optiques afin d’améliorer le débit de la connexion internet et de communication en Centrafrique.

Une forte main-d’œuvre s’annonce d’ores et déjà pour ce gigantesque projet qui a pu mobiliser plus de 33,28 milliard de FCFA du financement par la BAD et l’Union Européenne avec comme objectif principal, le désenclavement numérique de la République centrafricaine.

L’étude de faisabilité de ce projet qui sera lancé par le chef d’Etat Faustin Archange Toudéra remonte en 2006, sous le régime du président déchu François Bozizé. La connexion de ces fibres optiques sera faite entre le Cameroun, le Congo démocratique et la Centrafrique, sur une durée moyenne de quatorze mois de mise en œuvre, selon l’expertise de l’entreprise japonaise Tayan en charge d’exécution dudit projet.

Pour les usagers des réseaux sociaux, les hommes d’affaire et certains économistes centrafricains, ce projet s’annonce salutaire. Car selon eux, le sempiternel problème d’accès facile à internet qui emboite plusieurs transactions dont le pays fait face, pourrait enfin être résolu.

Tout porte à croire que la mise sur pied de ce projet va constituer désormais une bouffée d’oxygène dans le domaine de la communication en Centrafrique. Les internautes ne cessent de se plaindre des fournisseurs d’internet comme le Telecel, l’Azur, le Moov et l’Orange qui ne mettent pas à disposition de leur clientèle, une connexion de qualité.

Commentaires

commentaires