Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Au moins 40 personnes tuées et 4 villages brûlés par les éléments du mercenaire nigérien Ali Darass près de Bangassou

016783868_30300Les éléments du redoutable chef de guerre Ali Darass sèment la terreur dans les villes et villages environnants de Bambari, la semaine dernière. Ceci malgré l’annonce d’établissement d’une zone sans arme dans la région de Bambari par Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Des attaques qui ont fait état d’au moins 40 personnes assassinées et 4 villages incendiés, à en croire les sources locales.

Le vendredi dernier, plus d’une trentaine d’éléments de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) d’Ali Darass ont fait irruption dans le village Malegbassa dans la sous-préfecture de Zougba près de Bangassou, ont rapportés certains habitants de la région. Selon un villageois joint au téléphone par notre rédaction, à l’entrée du village ces hommes, lourdement armés ont tués 12 personnes dont 4 enfants 2 femmes enceintes.

« Ces hommes parlent que l’arabe, à leur entré du village, ils tirent sur tout ce qui bouge. J’étais là avec ma famille. J’ai pris la fuite pour entrer dans la brousse. Je ne connais pas encore la situation de mes enfants et ma femme. Mais on ma signalé que ma maison a été brûlé », a-t-il témoigné.

« On est fatigué avec ces hommes qui nous causent toujours des pertes en vie humaines. On ne sait pas ce qu’ils veulent de nous. D’abord  ils ne sont pas des centrafricains, des mercenaires peulh venus du Niger. Le gouvernement de transition doit prendre ses responsabilités afin de garantir la stabilité dans la région », a rétorqué un autre villageois. Une autre source nous informe que dans les villages voisins, ces hommes ont tué encore d’autres personnes..

Or, Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, a déclaré que la région de Bambari sera une «zone sans arme » effective dès le 8 septembre 2015, à partir de 17h00. Une déclaration faite à l’issue d’une conférence de presse tenue le mardi dernier à Bangui au siège de la MINUSCA. Cette décision est d’établir une zone sans arme à Bambari afin d’assurer l’intégrité physique et la libre circulation de la population civile, ainsi que l’accès des travailleurs humanitaires aux populations vulnérables.

Aujourd’hui, l’on constate que cette décision n’a pas d’effet sur le terrain. Les éléments d’Ali Darass continuent de terroriser la population avec la bénédiction des forces onusiennes (MINUSCA).

Eric NGABA

Commentaires

commentaires