Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Depuis 2014 la Minusca a endommagé la RCA pour une somme de 1 trillion francs CFA

les porte-parole de la Minusca lors d’une conférence de presse au siège de la Mission à Bangui

Par Hermann LINGANGUE

Bangui 28 avril 2019— (Ndjoni Sango) : Aujourd’hui, la RCA est connue d’être un des pays les plus pauvres du monde. Ceci n’est pas surprenant, car elle a vécu de nombreuses guerres qui remportaient de l’argent à tout le monde, à part les Centrafricains. Il s’agit plus particulièrement des anciens pays colonisateurs et des soldats de la paix. Il y en a qui exploitent les ressources sous des exonérations très avantageuses et s’en approprient sans cesse, et d’autres qui couvrent littéralement ces activités illégales. En tout cas, tout le monde en est au courant.

Et une nouvelle histoire s’est révélée. En 2014 la mission MINUSCA et le gouvernement ont signé un accord de siège visant l’installation de la mission sur le territoire du pays. Il est noté dans des articles de l’accord que les casques bleus bénéficient de l’exonération de taxes douanières pour les produits importés en RCA par le biais de son prestataire ECOLOG.

Les dégâts que notre économie subit sont importants. Or, en 2018 le budget a perdu aux alentours de 54 mlrd FCFA seulement à cause des cigarettes importées dépourvues de taxes douanières.

Il ne s’agit pas que des cigarettes. Il est difficile à s’imaginer tout le dégât provoqué par ces importations depuis 2014. En tout, la somme devrait dépasser 1 trillion FCFA. Grâce à la MINUSCA la farine, l’eau minérale et d’autres produits ont été importés en RCA.

Tous les revenus vont probablement dans la poche de l’ONU qui est contrôlée par les Etats-Unis. Pour minimiser les pertes du budget centrafricain la Direction générale des Douanes a pris en 2018 une note de service qui interdisait à la MINUSCA l’import de la farine et de l’eau minérale.

Les accords signés en 2014 permettant aux fournisseurs de l’ONU d’importer dans la république des produits exonérés de taxes douanières sont à l’origine de problèmes économiques importants dans le pays. Ce n’est pas seulement le budget qui souffre, mais aussi les opérateurs économiques centrafricains. Ils se plaignent qu’une concurrence déloyale s’était installée dans le marché à cause des produits importés pour la MINUSCA.

« ECOLOG, profitant de sa franchise douanière aurait importé plusieurs dizaines de containers de cigarettes et d’autres articles qu’il revend en RCA au détriment des sociétés locales agréées. Certains de ces opérateurs indexent certains contingents de la MINUSCA impliqués dans le commerce de la bière étrangère et des produits alimentaires sur place à Bangui et à l’intérieur du pays. La MINUSCA est exonérée, mais il y des gens qui viennent sous couvert de la mission pour exploiter le pays », a témoigné un opérateur économique.

Plusieurs entreprises qui payent des impôts à l’Etat déclarent également qu’ils sont victimes de cette pratique. En raison du déficit de marchandises elles sont obligées de licencier le personnel et même de fermer, si cela n’apporte pas de résultat. En même temps, des milliers d’employés centrafricains sont concernés et risquent de perdre leurs emplois. Grâce à la MINUSCA cette pratique existe en RCA et elle présente une violation de la loi.

Il est temps de régler le problème qui est un résultat des accords entre la MINUSCA et le gouvernement. D’autant plus que l’Accord de Khartoum a été signé avec les groupes politico-militaires qui se remettent maintenant à vivre correctement. Il faut assurer pour eux et pour les Centrafricains des postes de travail, mais dans ces conditions il est extrêmement difficile de le réaliser. L’ONU devrait arrêter son activité illégale, si elle est vraisemblablement préoccupée par l’avenir de la RCA. Pour l’instant, elle prouve tout le contraire.

Commentaires

commentaires