Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Face à la concurence, Moov-RCA passe à la vitesse supérieure

L’effigie de la téléphonie mobile Moov-RCA

En dépit des rumeurs infondées et supputations inconséquentes à tout rompre, distillées çà et là à l’endroit de Moov-RCA, par ses infatigables détracteurs, il est à noter ce jour des avancées significatives dans la gestion de cette société citoyenne tant sur le plan infrastructure que sur le plan social-administratif. Avec son 3G++ qui demeure l’une des meilleures technologies du moment, désormais, Moov-RCA, entend reprendre la place qui est la sienne dans la sphère de téléphonie mobile centrafricaine, en mettant à la disposition de ses usagers de meilleures offres et à moindre coût.

Même s’il est bien vrai qu’à un moment de son parcours, Moov-RCA a connu la période de vaches maigres, mais au jour d’aujourd’hui, cette période n’est qu’un lointain souvenir dans les esprits du personnel de cette société et de sa clientèle.

Puisque, depuis le jour où MOOV-RCA à éviter de justesse la liquidation grâce à son rachat par Maroc Télécom (MT), ses activités sont en chapeau de roues.

Ceci dit, il est à noter le lancement par Moov-Centrafrique 2018 de la 3G++ susmentionné,  l’investissement exécuté toujours en 2018 à hauteur de sept (7) milliards Fcfa, par ladite société.

A cela s’ajoute l’annonce faite récemment par le Directeur Général (DG), M. El KHAIRI Abdlhakim, quant à un investissement à hauteur de dix-neuf (19) milliards de Fcfa, que Moov-Centrafrique entend faire en 2019. Tout cela  témoigne à suffisance les ambitions de cette société.

Cette société, jadis est le n°1 de téléphonie mobile en Centrafrique, mais qui, malheureusement, avait régressée du fait de manque d’investissement.

Ce qu’a d’ailleurs reconnu M. El KHAIRI Abdhelakim, qui pense que cette régression à un moment donné de Moov-RCA, n’est pas à imputer au personnel. Mais plus tôt à un manque de vision de la part des anciens dirigeants de cette société, qui n’ont pas su en temps et lieu l’a poussée dans la féroce concurrence qui l’oppose avec les autres opérateurs de la place.

Pour ce fait, Moov a fini par perdre son rang de leader de téléphonie mobile en RCA.  Même si le DG pense également que si les moyens étaient mis à disposition à cette époque, le personnel de cette société aurait pu faire mieux. Mais tel que précédemment évoqué, toutes ces malheureuses circonstances sont, désormais, loin derrière Moov.

Tellement loin au point qu’avec l’acquisition en 2018 de sa technologie de pointe, C’est-à-dire son 3G++ en question, cette filiale centrafricaine de MT a pu se lancer dans une nouvelle dynamique.

Donc, il ne serait fallacieux et encore moins prétentieux de dire que Moov-RCA entend à court et à moyen terme récupérer la place qu’il occupait dans le paysage de téléphonie mobile centrafricain.

Cela, évidemment, ne pourrait être qu’effectif qu’avec une mutualisation de confiance axée sur les résultats entre la Direction Générale de Moov-RCA et son personnel.

Sur cette question, M. El KHAIRI Abdelhakim, se veut plus que jamais rassurant.

C’est-à-dire les divergences qui existaient en 2018 entre la Direction Générale en question et ce personnel ont été tout simplement absorbées par la nouvelle dynamique sus évoquée. Et quoi encore ?

A cette interrogation, l’on s’étonne de voir ces mêmes divergences faire aujourd’hui les choux gras des détracteurs de Moov-RCA, qui ne manquent pas une seule occasion de s’en servir à des fins inavouables et peu scrupuleuses.

En tout cas, Il y a lieu de faire taire les rumeurs et supputations évoquées ci-dessus, qui n’ont d’ailleurs d’autres objectifs que ternir l’image de marque de Moov-RCA, serein non seulement face aux attaques de ses détracteurs, mais aussi dans la reconquête de son positionnement…

Syriaque Wozabanga

Commentaires

commentaires