Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

« Le peuple centrafricain est pris en otage par des opportunistes véreux » dénonce Eddy Symphorien Kparekouti

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eddy Symphorien Kparekouti, président du PUR :@Eric Ngaba

« Le peuple centrafricain est pris en otage par des opportunistes véreux » ainsi déclare Eddy Symphorien Kparekouti, président du Parti de l’Unité et de la Reconstruction (PUR) dans un échange avec les Journalistes, le vendredi 04 décembre 2015, à l’Hôtel Ledger à Bangui. L’objectif de cet échange avec les professionnels des médias est d’annoncer son retrait à la course au pouvoir, et de dénoncer par la même occasion les en en dessous d’une mascarade électorale en préparation. L’occasion pour le président du PUR d’évoquer les multiples dérives de la période de transition suscitant la déception et le mécontentement au sein de la population.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les Journalistes @Eric Ngaba

Le processus électoral en République centrafricain devient de plus en plus inquiétant. De part et d’autres, les réactions commencent à se faire enregistrer. Cette inquiétude a fait l’objet de cette conférence presse organisée par le président du PUR qui a montré son point de vue sur le processus élection en Centrafrique dont il voit déjà les dangers. Pour Eddy Symphorien Kparékouti, les conditions dans lesquelles les élections se préparent dans le pays ne permettent pas au peuple centrafricain d’aller librement aux urnes dans les délais indiqués par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Il dénonce ce qu’il qualifie de mascarade électorale en préparation.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eddy Symphorien Kparekouti /@Eric Ngaba

«Nous sommes aux regrets de constater aujourd’hui que le processus électoral en Centrafrique connais une défection, car, détourné de ses objectifs et des attentes du peuple centrafricain. Aujourd’hui, un groupuscule de leaders, voulant se faire une virginité politique, et inscrit dans la dynamique de se dédouaner, se rendent complice de cet état de fait que nous tenons à dénoncer avec énergie et détermination ici et maintenant. Cette indécence politique accompagnée d’une dose de cynisme, est à nos yeux, franchement répugnante » a dénoncé le président du PUR.

Eddy Symphorien Kparékouti a expliqué que son parti a toujours milité en faveur de la tenue de ces élections, car il considère que c’est une bonne opportunité de sortie de crise. Cependant, tout processus électoral sain, doit au préalable être conduit dans un esprit sincère, consensuel et selon de règles définies et approuvées de tous, lesquelles règles contenues dans le code électoral que tous, devant respecter au nom de la volonté d’élections transparentes et démocratiques. En citant Wilson Churchill qui disant «Un peuple qui oublie son histoire est condamné à la revivre », Eddy Symphorien Kparékouti a rappelé que la République ne doit pas oublier son histoire, c’est en partant de cette histoire que les Centrafricains peuvent bâtir le présent et projeter l’avenir en corrigeant les erreurs commises pour parfaire le pas qu’ils veulent faire.

« La crise n’ayant que trop duré, les Centrafricains usés par tant d’années de troubles, fondent de gros espoirs sur une rapide sorite de crise qui résultera des élections. Cependant le peuple risque d’être déçu, sachant que les causes profondes de la crise sont omniprésentes et n’ont toujours pas prises en compte » a-t-il noté.

Toutefois, le PUR relève pour lui le caractère irréaliste du nouveau calendrier électoral et surtout d’illégalité des décrets pris par la cheffe de l’Etat de la transition, pour convoquer le corps électoral inexistant, selon Eddy Symphorien Kparékouti, en vue du référendum fixé au 13 décembre 2015, le 1er tour des élections au 27 décembre  et le second tour le 31 janvier 2016. Il a rappelé la mission assignée aux autorités de la transition qui est d’abord la restauration de la sécurité et la protection des populations civiles sur l’ensemble du territoire, ensuite l’assistance humanitaire aux populations affectées, puis la relance de l’économie et en fin l’organisation des élections apaisées, transparentes et crédibles.

« La transition en Centrafrique telle que nous l’avons vécue jusqu’ici, a échoué pour une raison fondamentale : le peuple centrafricain a été sciemment méprisé, et ses souffrances ne sont pas prises en compte. les principales préoccupations du peuple n’ont jamais été prises en compte ni lors des consultations à la bases, ni lors du Forum de Bangui » a-t-il déploré.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Vue des Journalistes /@Eric Ngaba

En évoquant la stabilisation de la République centrafricaine, le président du PUR a dénoncé la manière à travers laquelle la communauté internationale veut conduire le peuple centrafricain dans ces élections. D’après lui, les autorités de la transition et la MINUSCA n’arrivent toujours pas à contrôler 20% du territoire national. Même la ville de Bangui, va-t-il martelé, échappe encore et toujours au contrôle effectifs des forces internationales. Le PUR pense que les conditions minimales d’organisations d’élections transparentes, crédibles et démocratiques, comme le souhaite le peuple centrafricain sont loin d’être réunies. Il a souligné que « sans une sécurité préalablement rétablie, il nous parait quasiment impossible d’organiser des élections crédibles, quel que soit le dégré de puissance de ceux qui nous accompagnent »

Eddy Symphorien Kparékouti a fait savoir que son parti ne saurait être complice des manœuvres politiciennes qui risquent à terme de replonger la Centrafrique dans un autre chaos. C’est pourquoi, il prend l’opinion nationale et internationale à témoins. Par conséquent, le PUR a décidé de na pas participer, selon son président, aux prochaines consultations populaires du 27 décembre 2015.

Eric NGABA

Commentaires

commentaires