Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Paris: il célèbre un mariage à 18.000 euros alors que sa mère mourante, a été chassée du CHU-B faute d’argent

Par Bibiche Malonga (kebanacamera)

C’est la vie triste de maman Loufouandi après avoir vendu ses deux parcelles pour que son unique fils aille en France. Ce dernier a priorisé son mariage à la santé dégradante de sa mère. A court d’argent, maman Loufouandi a été priée de libérer le CHU de Brazzaville et a confié sa vie entre les mains d’un pasteur-guérisseur à Mayanga, après le pont du Djoué.

 

A Paris où il vit depuis des années, A D, malgré les conseils de ses proches n’a pas voulu reporter son mariage qu’il voulait bien impressionnant. Vivre pour prouver aux autres est devenu le cancer qui gangrène certains congolais de France. «  Une bonne femme aurait demandé à son mari de renvoyer le mariage à une date ultérieure » estiment les deux sœurs de AD.

A D a célébré son mariage en grande pompe sans amertume et montré sa joie à ses invités alors qu’à Mayanga sa propre mère est incapable de se lever et survit grâce aux prières d’un pasteur-guérisseur. Pendant que les mariés savouraient du champagne dans la banlieue parisienne, maman Loufouandi se tordait de douleur et ses deux filles parcourant les rues de Brazzaville à la recherche d’argent auprès des connaissances et proches.

AD se vantait même devant la caméra d’avoir casqué 18000 euros pour son mariage, défiant les congolais à le dépasser. L’une de ses sœurs raconte comment leur mère Loufouandi, a vendu d’abord sa première parcelle pour qu’ AD échoue au Maroc.

C’est la vente de la deuxième parcelle qui a permis à ce qu’il se retrouve enfin en France. Compréhensive, la famille ne lui a jamais réclamé quoique ce soit. Alors que sa mère a été admise en urgence au CHU de Brazzaville avec un diagnostic inquiétant, AD n’a envoyé que 100.000 fcfa.

Face aux doléances de ses sœurs et leur insistance au téléphone, AD a justifié son incapacité à faire plus pour les préparatifs de son mariage. Selon lui, sa mère ne mourra pas et que la famille pouvait aussi l’aider à s’acquitter des frais d’hospitalisation. Quand on lui a rappelé les deux parcelles vendues pour son voyage, AD a répondu n’avoir obligé personne à le faire et a bloqué ses sœurs sur les réseaux sociaux.

Commentaires

commentaires