Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: la problématique de la double nationalité

Jordy Mango

Opinion: par Jordy Mango

En Centrafrique les autorités politiques, les membres du gouvernement, les centrafricains de l’étranger ont à droite, un passeport centrafricain, à gauche, un passeport français, canadien, camerounais, béninois, sénégalais etc… Et cela est considéré comme un atout, une assurance de leur vie, la protection de leurs familles en cas de danger.

On a vu sur beaucoup des personnalités de ce pays au moment de la crise qui a secoué notre pays dans ce dernier temps, leur double nationalité leur a permis d’agir d’une manière complexe en laissant le peuple à la merci de danger et brader le pays pour des raisons égoïstes et personnel.

Oui, la Centrafrique fait partie des États où la double nationalité est proscrite et pour plusieurs raisons. Cela écœure certains. Mais en analysant la chose de manière froide (ce que presque personne ne fait où réagit afin d’avoir une solution), d’autres vont me dire que la double nationalité est un droit , ou un choix que tout le monde est libre. Oui, mais en vérité, il y’a des facteurs qui expliquent et qui donnent la raison d’avoir la double nationalité en exemple : le manque de patriotisme, de panafricanisme, ou de nationalisme entre autres.

La Centrafrique d’aujourd’hui n’est plus Oubangui Chari à l’époque où nous avons besoin des nationalistes des panafricanistes, pour être à la tête de nos États. Aujourd’hui en Centrafrique, pour être président ou, il faut passer par la France afin d’être complexé à la culture de l’hommes blanc et agir en leur faveur. C’est très honteux pour nos dirigeants.

Voilà aujourd’hui, toutes leurs familles se retrouvent en Europe, en Amérique avec l’argent du pays. Mais qu’allons-nous faire les pauvres Centrafricains qui sommes au fin fond du village, alors que nous avons tous le même titre de propriété de ce pays.

Aujourd’hui je lance cet appel à nos autorités politiques et le gouvernement en place d’appliquer la règle de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut; il ne faut pas se focaliser sur l’Europe et l’Amérique pour choisir une personnalité quelconque afin de servir le pays. Merci d’avoir lu cette petite réflexion si possible, vous pouvez partager.

Commentaires

commentaires