Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: « ce n’est pas en 2 ans que nous allons résoudre tous les problèmes de notre pays » F.A. Touadera

Faustin Archange Touadera, le président centrafricain saluant la population à Berberati

Par Erick NGABA

Bangui 6 avril 2018 (Ndjoni Sango) : Les deux ans au pouvoir du Chef de l’Etat centrafricain, Faustin Archange Touadera, sous le feu de critique, sont différemment appréciés. Lors de grand entretien avec la presse organisé par le ministère de la communication et des médias sur son bilan tenu  le 30 mars 2018, il a appelé le peuple centrafricain à la patience.

La République Centrafricaine, pays en crise militaro-politique depuis 2013, demeure fragile en dépit des élections présidentielles et législatives de 2015 ayant suscité l’espoir de tout le peuple centrafricain. Les autorités élues sont loin de convaincre la bonne partie de la population à travers des actions concrètes. La sécurité demeure le souci de la population centrafricaine éprise de paix et de justice.

Pour le président Touadera, pas à pas avec le gouvernement et le soutien de la communauté internationale, le pays va sortir du bourbier.

« Ce n’est pas en deux ans que nous allons résoudre tous les problèmes de notre pays. Ce qui nous manque aujourd’hui c’est la paix. Ce qui veut dire que les groupes armés ne sont pas encore désarmés, et ils continuent d’opérer dans nos provinces. Donc, nous voulons retirer ces armes de la main de ceux qui ne doivent pas les détenir », a déclaré le président de la République.

Le numéro un centrafricain a estimé que la priorité identifiée est la paix donc la sécurité. Pour résoudre le problème de la sécurité, il faut le désarmement des groupes armés.

A cet effet, un programme de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) soutenu par l’ensemble de la Communauté internationale, a mis en place.

Ce programme est en phase de test. Pour mettre en œuvre le programme DDRR, le gouvernement a entamé un projet pilote du DDRR qui vise à convaincre les groupes armés à adhérer au processus. Pour l’heure, le projet pilote DDR n’a pas encore rencontré l’agrément de deux groupes armés à savoir le FPRC de Nourredine Adam et la RJ d’Armel Sayo.

Toutefois, Faustin Archange Touadera a informé que des discutions sont maintenues avec les leaders de ces groupes.

« Je tends la main aux groupes armés pour qu’ils comprennent qu’il n’est pas temps de faire la guerre», a indiqué le président Touadera.

Pour parvenir à convaincre la population, le président centrafricain a préconisé que le déploiement des forces nationales pour sécuriser l’ensemble du territoire national permettra aux populations de retrouver la paix.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires