Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: deux raisons pour que les alliés de Touadera basculent dans l’opposition

opposition politique@Eric Ngaba

Opposition politique/@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 30/05/17 (www.ndonisango.net): Quelle sera la nature de la politique centrafricaine si elle ne se résume qu’à la politique du ventre ? Ces derniers temps, les Centrafricains ont assisté au retrait successif des alliés du président Touadera qui se sont basculés dans l’opposition. Que peut-on retenir de retrait des alliés désormais opposants ?

durant le deuxième des élections présidentielles de 2015-2016 en République Centrafricaine, plusieurs candidats malheureux ont soutenu le candidat indépendant Faustin Archange Touadera au détriment d’Anicet Georges Dologuelé. Ce qui a permis au président Touadera de remporter ces élections.

Au lendemain des élections, une majoritaire présidentielle a été créée pour soutenir la vision politique du président de la République. Mais au fil de temps, les choses ne se passent pas comme convenu. certains des alliés ont décidé de regagner le champ de l’opposition. Mais pour quelle raison?

Selon les informations à notre possession, il y a deux raisons pour que les alliés de Touadera lui retirent leur soutien pour se retrouver dans l’opposition. Le partage de poste et les subventions sont les raisons évoquées de leur retrait.

A en croire nos sources, certains d’entre eux exigent du président de la République en premier lieu le poste du premier ministre, tandis que d’autres souhaitent le partage du pouvoir et exigent le versement de subventions annuelles.

A l’égard de ces revendications politiques, l’homme qui proclame la fin de la rupture avec les liens du passé n’entend pas céder pas à la pression de ses alliés désormais opposants. Face au refus de Touadera, ses alliés qui l’ont soutenu pendant entre deux tours de la présidentielle, lui ont retiré leur soutien pour rejoindre le camp de l’opposition.

Aujourd’hui, on assiste à une crise politique qui fragilise la sécurité et la stabilité laissant les Centrafricaines dans une quiétude.

Commentaires

commentaires