Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: Didacien Kossimatchi dénonce les actions citoyennes envisagées par la société civile

Les leaders du comité de soutien@Eric Ngaba

Les leaders du comité de soutien@Eric Ngaba.jpg

Par Fiacre SALABE

Bangui le 22/10/2017 (www.ndjonisango.net): La semaine dernière, le groupe de travail de la société civile GSTC avait lors d’un point de presse condamné les récents événements ayant resurgi à l’intérieur du pays et envisagé mobiliser la population pour un deuil de trois jours suivi d’un concert de casserole du 24 au 27, à l’occasion de la visite attendue du SG de l’ONU à Bangui. Face à ce cirque social en gestation voulu par le GSTC, le comité de soutien à Touadéra par la voix de son porte parole Blaise Didacien Kossimatchi dénonce la mobilisation en cours de la société civile et qualifie d’un plan macabre contre les actions du développement du pays. En voici la teneur de la déclaration du comité de soutien à Touadéra rendue publique dans un communiqué de presse ce samedi 21, dont notre rédaction s’est procurée une copie.

Déclaration

Dans un point de presse tenu le 13 octobre dernier, le groupe de travail de la société civile GSTC appelle les Centrafricains à observer du 24 au 27 octobre prochain, une manifestation de deuil avec comme point d’orgue, l’organisation d’un concert de casseroles chaque soir à leur domicile. Ceci fait suite à leur ultimatum du 27 septembre dernier demandant à la Minusca de pacifier le pays dans trois semaines, et exige par ailleurs, le retrait des chefs rebelles du gouvernement Sarandji2.

Le comité de soutien au professeur Touadéra à l’instar de chaque Centrafricain s’étonne de cette prise de position visant à fragiliser davantage le faible équilibre sociopolitique et économique que le pays connait et, condamne avec la dernière énergie de telles agitations. Tout donne à penser que le groupe de travail de la société civile s’est finalement transformé en parti d’opposition qui s’aroge des droits au delà de ses prérogatives reconnues.

Les ténors de cette machination persiste ainsi dans leur acharnement contre le régime du professeur Toudéra qu’ils veulent vaille que vaille mettre à genoux suivant le schéma connu de tous. Un plan qu’ils ont défini de concert avec certains leaders de l’opposition en embuscade qui n’attende que le bon moment pour mettre en œuvre leur plan de déstabilisation du pouvoir en place.

Le choix des membres du gouvernement relève du pouvoir discrétionnaire du chef de l’État qui, au vu de l’urgence de l’unité nationale, de la cohésion sociale et surtout selon son programme politique peut faire appel à tout Centrafricain de quelque bord qu’il se situe, de contribuer à l’œuvre de la reconstruction nationale. Pour cela, il n’a pas besoin de consulter la fameuse société civile.

L’irresponsabilité de cette société civile est d’autant plus patente que sa stratégie de boycotter la visite du Secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteres à Bangui le 24 octobre prochain est dévoilée. Le peuple centrafricain est fatigué de ces organisations qui n’œuvrent que pour la destruction nationale à défaut d’apporter leur contribution et des propositions constructives pour aider le pays à se remettre debout.

Nous en appelons une fois de plus à la vigilance de chaque centrafricain pour barrer la route à ces apprentis sorciers en mal du pouvoir. Nous mettons en garde les instigateurs de ces agissements qui devront de toute manière endosser la responsabilité des dérapages et autres dommages que leurs actions pourront occasionner. Au demeurant jeunesse, les femmes et la vraie société civile ne laisseront pas ces tontons macoutes aux soldes d’opposition décriée et désespérée d’assouvir leurs ambitions pouvoiriste au détriment du peuple centrafricain.

Nous lançons donc un vibrant appel au peuple centrafricain et essentiellement les Banguissois, pour marquer une fois de plus leur soutien au président Faustin Archange Touadéra en sortant massivement aux abords des avenues des martyrs, conjugo et Boganda pour accueillir le hôte de marque Antonio Gutteres, Secrétaire général de l’ONU.

Fait à Bangui, le 21 octobre 2017

Blaise Didacien Kossimatchi, Porte-parole du Comité de soutien à Touadéra

Commentaires

commentaires