Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: La main tendue de la Francophonie pour un gage des relations institutionnelles centrafricaines

Une vue des participants@Fiacre Salabé

Par Fiacre SALABE

Bangui 19 mars 2018 (Ndjoni Sango) : Pour un relèvement du tissu socioéconomique du pays et une relation apaisée entre les différentes institutions républicaines, la Francophonie, de concert avec le gouvernement a organisé, du 17 au 19 mars 2018, une retraite institutionnelle pour la stabilité des institutions et le relèvement national de la République Centrafricaine. Cet atelier de trois jours, a vu la participation massive des représentants des institutions du pays.

Durant trois jours francs, les représentants des institutions républicaines se sont rencontrées pour faire la lumière sur l’état des lieux du pays ce, pour le relèvement et la consolidation de la paix en Centrafrique.

Les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire, en passant par certaines institutions comme la haute autorité pour la bonne gouvernance, le haut conseil de la communication, la cour constitutionnelle et bien d’autres, ont répondu à l’initiative conjointe du gouvernement sur l’appui technique et financier de l’organisation de la Francophonie.

Parmi les thématique débattues, il est à noter que la gestion de la réconciliation nationale se trouve être l’un des points essentiels et, le temps fort de cette rencontre initiée par les organisateurs dudit atelier, qui a réuni plusieurs centaines de participants.

« Je pense que la Francophonie nous a proposé le thème sur la gestion de la réconciliation nationale pour le relèvement du pays. Selon ce thème, chaque organe sencé gérer la réconciliation au plan national doit travailler main dans la main pour aboutir aux objectifs fixés par cet atelier. Je pense qu’il est indispensable de saluer ce soutien que l’OIF nous a apporté aujourd’hui consistant à réunir toutes les institutions républicaines autour de la table qui n’est que la suite logique de l’appui indéfectible qu’elle nous avait apporté pendant le forum de Bangui, sans oublier la mise en place de la nouvelle constitution qui régie les nouvelles institutions actuelles », a expliqué Béatrice Épayen, députée de la nation.

Selon elle, de tout ce qui va ressortir de cet atelier conjointement organisé par le gouvernement et la Francophonie, il importe que chaque organe de gestion de la réconciliation puisse conjuguer leurs efforts ensemble, afin que les recommandations assorties soient applicables et respectées pour un véritable relèvement du pays sur l’ensemble du territoire.

De tout ce qui ressort de cet atelier, il est à noter que la question de la séparation du pouvoir, de la mission assignée à chaque institution, ainsi que les objectifs à atteindre, afin de relever les défis de la réconciliation nationale, selon les experts venus de différents pays prennant part à cette rencontre sous l’égide du chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra.

Commentaires

commentaires