Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: lettre ouverte à Touadera, « Sortez de votre torpeur Monsieur le Président ! »

Tanguy D’Assise Fimate, Fondateur Gérant de Majuge Consulting SAS

LETTRE OUVERTE A TOUADERA

Sortez de votre torpeur Monsieur le Président !

Prague le 16 juillet 2018

Monsieur le Président ! Dieu ne nous a pas envoyé sur cette terre pour être un fardeau pour les autres. Notre rôle sur cette dernière est de la façonner, y créer pour vivre dans de bonnes conditions. Si nous dressons votre bilan à la tête de la République centrafricaine, nous pouvons dire sans vergogne que vous êtes un poids pour le peuple centrafricain. Ce n’est pas à nos compatriotes qui attendent de vous l’amélioration de leur sort de supporter vos trains de vie démesurés et relevant de la folie pour un pays sous perfusion. Parce que ma lettre est aussi destinée au plus grand nombre, je ne vais pas me lancer dans des énumérations qui seront très vite taxées d’inventaire à la Prévert par vos sbires.

En acceptant de concourir aux élections de 2015, c’était à vous et votre entourage que vous pensez ou au peuple centrafricain qui souffrait dans sa chair et continue de souffrir ? Comment un homme qui connait la valeur travail, le sens de l’effort peut-il tomber dans de tel travers ? Votre présidence fait le lit de flibustiers, de personnages loufoques, des repris de justice mais aussi de personnes peu amènes sur lesquelles pèsent de graves soupçons de délits financiers mais aussi d’intelligence avec l’étranger. Si l’augmentation des fonds spéciaux est une vraie insulte pour le peuple ; augmenter les salaires à une période ou le pays vit de crédit est d’une telle stupidité.

Hormis la présence russe, un coup du hasard, qu’avez-vous fait pour éradiquer la pauvreté ? Qu’avez-vous fait pour absorber les fonds promis lors de la table ronde de Bruxelles ? Qu’avez-vous fait pour promouvoir le vivre ensemble ? Qu’avez-vous fait pour lutter contre la corruption si ce n’est que l’encourager ? Qu’avez-vous fait pour promouvoir la culture de l’effort ?

Monsieur le Président ! votre mandature sera un échec, mais si vous portez ce pays dans votre cœur, ayez le courage de prendre de la hauteur, de vous transcender de faire comprendre à votre entourage qu’en devenant le Président de la RCA, vous ne leur appartenez plus et que c’est l’intérêt du peuple centrafricain qui doit primer. Faites de la lutte contre la pauvreté une cause nationale en mettant en place un comité technique interministériel pour coordonner les actions en faveur des personnes dans le besoin. Ce comité pourra lui-même faire partie intégrante d’une direction de grands projets qui sera elle rattaché à la présidence. Objectif coordonner les projets en tenant compte des besoins réels du peuple et assurer une bonne implantation sur le territoire national.

Face à nos problématiques, face à nos difficultés, nous devons mettre en place nos propres outils, et pourquoi pas tester un modèle ou toutes les composantes de la nation seront les acteurs ?

C’est un secret de polichinelle que le peuple centrafricain dans son for intérieur est contre les relations empreintes de condescendance. La jeunesse centrafricaine ne supportera plus les relations d’égo mais unissez votre peuple, donnez-lui à manger, occupez-vous de lui avant de vous lancer dans des combats idéologiques.

Renoncez aux récentes augmentations de salaire dont les bénéficiaires sont votre entourage ! Soyez au-dessus de la mêlée en tendant la main à ceux qui ne demandent qu’à être accompagnés à savoir nos paysans, nos artisans, nos sans emplois.

La jeunesse centrafricaine contrairement à ce que vous pensez est consciente et nous sommes capables d’initiatives si on considère vos ratés. Alors on arrête avec les approximations Monsieur le Président ! Vous n’avez du respect que pour les bras armés, mais sachez que la jeunesse que nous incarnons est une vraie bombe pour vos intérêts égoïstes. Les divisions que vous entretenez ; en mettons en avant une partie de la jeunesse centrafricaine, bravache, paresseuse, cupide et menteuse en avant ne servent pas l’intérêt du pays et sont un véritable danger pour nos fondamentaux.

Transcendez-vous Monsieur le Président ! Le peuple a soif d’une « société des possibles ».

         Tanguy D’assise FIMATE

Spécialiste en protection sociale complémentaire

Expert en Gestion de Patrimoine

Fondateur Gérant de Majuge Consulting SAS

Commentaires

commentaires