Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : Une tournée éclaire en grande pompe de Sylvain Eugène Ngakoutou Patassé à Baoro

« Sensibiliser la population à aller s’inscrire massivement sur la liste électoraSAM_0452le, la cohésion sociale et culture de la paix », se sont les trois points qui étaient au centre d’une mission éclaire du président du mouvement politique ‘’Centrafrique Nouvel Elan (CANE)’’, Sylvain Eugène Ngakoutou Patassé et son équipe dans la ville de Baoro (390 Km de Bangui) sous-préfecture de Nana Mambéré du 14 au 15 août 2015. Après celle à Bria le 18 au 19 juillet dernier.

Une simple visite de sensibilisation, mais avec la mobilisation de la population, on se croit à une campagne électorale. A l’entrée de la ville, à quelques kilomètres vers 19 h, la délégation de Centrafrique Nouvel Elan venue de Bangui a reçu un accueil surprise et chaleureux d’un bain de foule. Les taxis moto, les femmes, les hommes et des enfants, malgré qu’il fait nuit, la rue a pris d’assaut.Les klaxons, les chants de victoire, d’assurance et de reconnaissance raisonnent dans toute la ville.

Dans le souci de connaitre l’objectif de cette mission, M. Noël Gossy, SécretaireGenerale du CANE nous explique brièvement que « Ce n’est pas encore la campagne électorale, comme vous le savez. Nous sommes venus assister la population de Baoro après les évènements qui viennent de passer. Nous allons les sensibiliser à s’unir et à aller massivement s’inscrire sur la liste électorale ». C’était un évènement de taille, d’où la mobilisation de plus de 3.000 personnes la même nuit du 14. Toutes ces personnes ont passé la nuit dans la concession de la candidate du CANE aux élections législatives, Mme Pélagie. Des animations, chants et danses accompagnent toute la nuit le président du CANE Sylvain Patassé et sa délégation dans leur paisible sommeil, chez les siens.

Le lendemain du 15 août était marqué par une tournée de sensibilisation des militants dans chaque quartier de la ville. Les jeunes, femmes et hommes, tous en uniforme sur les motos, d’autres cours à pieds auprès du cortège du Président Sylvain Patassé avec des cris de joie, « Victoire » ! En passant par le croisement qui sépare la route de Bouar et Carnot, le cortège a été reçu par les chefs du quartier, les femmes et les jeunes chargeurs, taxi moto et quelques jeunes musulmans. Une série de sensibilisation passe quartier par quartier en passant par le gars routier, suivi d’une visite à la sous-préfecture, d’où le président Sylvain Patassé a été reçu par le sous-préfet de la ville, M. BagazaYadéré Paul Shaba.

Dans leur entretien, le sous-préfet souhaite la bienvenue à la délégation du CANE et particulièrement, il a félicité le président Sylvain Patassé d’avoir venu et voir de près la situation au niveau de sa zone de juridiction après la crise que la RCA vient de traverser. «J’avais félicité M. Sylvain Patassé pour l’intérêt qu’il a porté sur la ville de Baoro, car ceux qui sont appelés à diriger notre pays doivent toucher de près la réalité de la situation dans laquelle chaque ville de la République Centrafricaine après cette crise a connu. Et c’est ce qu’il a fait, et ça m’a beaucoup plu », a déclaré le sous-préfet. Après, un meeting a eu lieu dans la concession de la candidate aux élections législatives. C’était une grande rencontre de sensibilisation, permettant à la population de s’exprimer à cœur ouvert.

Prenant la parole, le Président Sylvain Eugène Ngakoutou Patassé s’exprime en ce terme « On a pas de force pour acheter les armes et prendre le pouvoir. Notre pouvoir c’est vous la jeunesse, les mamans, les papas de Baoro. Je vous demande d’aller massivement vous enregistrez sur la liste électorale afin d’apporter votre contribution au développement de notre pays, en choisissant l’homme qu’il faut pour la RCA. C’est votre devoir civique », avant de dire « Vous les chefs de quartier, cette tâche vous revient. Commencez dès à présent de sensibiliser la population sur l’importance de cette élection. Notre pays a beaucoup souffert. Seul chemin de le faire sortir, c’est par la voix de cette élection ».

Sous des cris de joie, «Victoire camarade !», Sylvain Patassé rassure la population pour l’amour qu’elle a envers lui en ce terme, « je voudrais vous rassurer d’une chose.Cette volonté et amour que vous avez envers moi ne saurait s’exprimer si jamais et dès aujourd’hui, vous vous inscrivez sur la liste électorale. Car sans cela vous ne pourrez pas voter. Allez-vous inscrire massivement sur la liste électorale, afin d’être à mesure d’exprimer le sentiment que vous témoignez aujourd’hui sur moi, votre frère, votre grand-frère, votre cadet, votre fils et votre petit fils. Je promets qu’à travers cet acte, je serais reconnaissant envers vous et vous allez rendre compte que la confiance et l’amour que vous avez envers mon père, je partagerais avec vous, en mettrais en pratique ces idéaux qui sont des héritages qu’il m’a laissé », a-t-il ajouté.

Après sa déclaration, la parole a été donné à la population de s’exprimer. La présidente des veuves de Baoroa pris la parole pour demander au président Sylvain Patassé de faire sa candidature une bataille de réforme au niveau de la ville de Baoro, surtout côté éducatif. « Les veuves et les jeunes ont beaucoup souffert durant cette crise. Nous voulons à ce que ta candidature soit un soulagement pour nous. Sache qu’aujourd’hui, la population de Baoro est derrière toi. Nous demandons simplement la création des écoles, des centres de formation pour les jeunes et les veuves, créé des hôpitaux pour la population », a dit la présidente des veuves de Baoro, Mme Derebona Hélène.

Pour sa part, le président de la jeunesse de Baoro, Wandolé Gislain appel le bureau de CANE à s’attacher en particulières à la jeunesse. « Nous avons défendu ce pays depuis belle lurette. Car c’est ici qu’on est né. Nous efforçons à être meilleurs en vous soutenant. Sache que la jeunesse est derrière vous. Nous voulons simplement que vous nous dites, quel projet comptez-vous amener pour le développement de la jeunesse de Baoro ?» Une question répondue par monsieur Jean Christian Ngakoutou Patassé, résident en France à Fresnes dans le Val de Marne, département 94, qui a rassuré la jeunesse qu’il y a déjà un projet sur pieds. « Je prendrais mes responsabilités sur ce point. Déjà j’ai un projet en France que moi-même j’avais initié pour vous. Et bientôt je serais avec les partenaires ici avec vous afin d’implanter ce projet en votre faveur », a-t-il rassuré.

Impression de quelques militants

Durant le débat, nous prenons soin de discuter avec plusieurs jeunes et mamans qui ont pu nous livrer leurs impressions. Alphonse habitant du quartier Kpétènè à Baoro, « Je m’adhère à CANE, par ce que je sais que l’avenir de notre pays reposSAM_0391e dans la jeunesse. Et Sylvain Patassé est un jeune comme nous. Nous devons le soutenir, on a assez de ces vieux qui nous amènent à tout moment des problèmes dans ce pays ».

Pour le président des chargeurs de Baoro, son choix porté sur Sylvain Patassé n’est autre, parce qu’il est depuis longtemps fidèle à son père, le feu Président Ange Félix Patassé. « Je soutien Sylvain Patassé par ce que depuis longtemps, moi et mon papa nous sommes fidèle à son père, Ange Félix Patassé. Et comme on a habitude de dire, tel père tel fils, Sylvain Patassé sera comme son père », a-t-il dit.

En réponse à des soucis de la population, Sylvain Patassé s’exprime en ce sens « Ce que j’avais dit ici, c’est que la jeunesse est l’avenir, raison pour laquelle, je compte former la jeunesse sur plusieurs volets. Il ya des sous métiers, dans le cadre de commerce, menuiserie, charpentier et tant d’autres… Sur ces points, le Secrétaire General du CANE a pris le micro pour expliquer la différence entre le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) et Centrafrique Nouvel Elan (CANE) afin d’éviter la confusion au milieu des militants. Il a commencé par l’historique de la séparation du MLPC avec l’ex président Ange Félix Patassé en suite expliquer le logo de CANE. La fin de mission a été marquée par des rencontres de différentes entités de la ville. A 13h 26 mn, la délégation de CANE avait quitté la ville de Baoro pour Bangui sous des cris d’applaudissement de la population tout au bord de la route.

Certes, cette tournée initiée par ce compatriote a permis à ces populations de se souvenir de l’unité, la cohésion sociale d’antan et les infrastructures du développement déjà construites, rapidement détruites en rien de tout. Le peuple centrafricain a besoin des hommes qui recherchent la paix, l’unification et la reconstruction et non des verbiages de positionnement.

Reportage de Emery Elvis Pabandji

Commentaires

commentaires