Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : l’aide de la Minusca est-elle efficace, comme le dit Najat Rochdi ?

 

les casques bleus de la Minusca à Bangui@Erick Ngaba

Roger Gbokoli
Bangui Mars 2019—(Ndjoni Sango) : La Représentante spéciale adjointe et coordonnatrice résidente en République Centrafricaine, Najat Rochdi a accordé une grande interview dans laquelle elle a raconté de la situation dans la région et des activités de l’organisation en RCA.

Selon sa parole sa motivation de travail sont « les pensées à propos du pauvre peuple de la RCA ». Elle a souligné que la MINUSCA a beaucoup fait pour la région et surtout elle a beaucoup appuyé le processus de paix au Soudan, Khartoum.

Najat Rochdi a aussi mentionné l’aide sécuritaire fournis par la mission pour la protection de la population. Elle a souligné qu’il y avait des tragédies, mais sans la participation de la MINUSA « tout serrait beaucoup pire ».

Les plus grandes difficultés sont les attaques de rebelles sur les humanitaires et sur leurs convois, ainsi que les problèmes liés au mauvaises conditions routières.
Elle a souligné que tout d’abord il faut résoudre les problèmes du système judiciaire et de sécurité, pour que les gens puissent revenir chez eux et dans les champs. Il faut tout faire pour que la paix revienne aux citoyens de la RCA.

Elle déclare que les accords de Khartoum sont un bon début, mais il faut aller au-delà et, en même temps, le remplir. Sur ce fond Rochdi a démontré l’espoir que les parties serons fidèles aux accords.

Ella a ajouté que la République Centrafricaine est un beau pays et qu’il faut lui donner une chance, et que la paix en République dépend non des organisations internationales, mais plutôt des habitants eux même.

L’interview semble très jolie, mais est-ce que l’aide de la MINUSCA est si efficace, comme le dit Mme Najat Rochdi ?

Les déclarations de l’ancien représentant de la MINUSCA en RCA, Parfait Onanga-Anyanga nous donnent une impression différente de celle créé par Rochdi. En décembre 2018 le chef de la mission déclarait que la MINUSCA n’est pas capable de protéger les Centrafricains.

Il rappelle que la mission est présente dans la région depuis 2014 et depuis on ne remarque pas beaucoup de résultats. Malgré qu’il y a 13 milles soldats de l’ONU en RCA, il ne sont pas capable de garantir la paix. M. Parfait disait que les « casques bleus » ne sont pas stationner dans toutes les régions du pays.

Néanmoins, mêmes les zones où ils sont présents ne sont pas en sécurité.
La tragédie d’Alindao en serre de preuve, quand les rebelles ont massacré la population à la barbe de la MINUSCA. Et les soldats de l’ONU ne se sont pas précipiter à neutraliser les bandits… ils sont restés à l’écart. Un comportement assez bizarre de la part de ceux qui sont venu sécurisé la région.

Mais revenons à la parole de Najat Rochdi a propos de « l’aide » dans le processus de paix à Khartoum. Cela est une déclaration encore plus retentissante que celle de « tout serrait beaucoup pire ».

Mme Rochdi n’a pas mentionné comment la MINUSA a aidé à assoir les parties du conflit a la table des négociations. Peut-être qu’elle s’est pris pour une représentante de la Russie et du Soudan, qui ont initié les pourparlers d’août 2018.

En 2014 le gouvernement de la RCA et l’opposition armé a 8 fois tenté de parvenir à une paix, mais cela n’a abouti à rien. Le problème était que tout se faisait à travers des médiateurs, quand les parties se voyaient qu’à travers les viseurs des fusils d’assaut.

Il y a un an les gens ne s’imaginait même pas la solution par voie de diplomatie.
Cette voie a vu le jour en été 2018 quand les leaders des groupes armés se sont assis à la table des négociations et ont signé un accord d’entente. Et cela a donné ses fruits. Et là l’ONU a décidé d’utiliser la même voie et de tenir des pourparlers à Khartoum. Ils n’ont pas voulu rester à l’écart du processus qui semble prospère.

En Janvier dernier, l’ONU, dont la MINUSCA, ainsi que la Russie et le Soudan, ont aidé l’UA a organisé un nouveau tour des pourparlers. Le gouvernement et l’opposition ont discuté pour 10 jours et ont, ensuite, signé cet accord si attendu. Mais qu’elle est la contribution de la MINUSCA ?

Bien sur les « casque blues » ont déjà plusieurs fois prouvé qu’il sont capable de se défendre eux-mêmes quand il se font attaquer, mais ça ne concerne pas les civils. Et ces déclarations des représentants de la MINUSCA vont continuer d’apparaitre, car ils doivent justifiés leur présence en République Centrafricaine.

Mais la réalité reste la même – une aide mystique, le même soutien et un travail sans résultat.

Commentaires

commentaires