Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: le FPRC dément les fake news d’un ultimatum  

les leaders du FPRC dont Nourredine Adam

Par Erick NGABA

Bangui 28 octobre 2018—Ndjoni Sango : Des fausses informations rangées sur les réseaux sociaux et relayées dans les médias font état de ce que le mouvement rebelle FPRC lance un ultimatum au gouvernement suite à la destitution du président du parlement centrafricain. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction cet après-midi, le bureau politique du FPRC dément toutes ces allégations.

Suite à la destitution du président de l’Assemblée nationale centrafricaine, des fausses informations sont créées pour détourner les attentions de la population. Ces facke news font savoir que les groupes armés FPRC de Nourredien Adam et Abdoulay Hissene, UPC d’Ali Ndass et MPC d’Alkhatim, ont lancé un ultimatum aux fonctionnaires et agents de l’Etat de quitter les zones sous leur contrôle. Le faux communiqué créé au nom de ces groupes armés indique que les groupes armés rejettent la légitimé du président centrafricain, Faustin Archange Touadera.

Sur ces fausses informations, le FPRC apporte un démenti afin de lever l’équivoque et s’oppose à ces manipulations.

« Le Bureau politique du FPRC dément toutes les allégations proférant des menaces aux agents de l’Etat dans ses zones de juridiction. Le FPRC, mouvement politico-militaire qui a des Revendications Justes et Légales dans l’intérêt du peuple. Le FPRC attend les solutions pacifiques de l’Union africaine et s’oppose fermement à tout acte tendant à troubler la quiétude des centrafricains » indique Djafar Adoum, Coordinateur général du FPRC dans un communiqué.

Par contre, le FPRC encourage les fonctionnaires et agents de l’Etat d’œuvrer dans leur tâche quotidienne en toute quiétude sur toute l’étendue du territoire.

Par ailleurs, le FPRC lance un appel à la communauté internationale d’accélérer le processus de paix en cours conduit par l’initiative africaine pour la renaissance de Centrafrique.

Il invite à cet effet le gouvernement et se dit prêt à négocier un climat de confiance afin de garantir le respect du processus de paix en cours.

Commentaires

commentaires