Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : le FPRC salue la destitution du PAN Meckassoua

Abdou Karim Meckassoua, président détroné du parlement centrafricain@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 29 octobre 2018—Ndjoni Sango : La destitution du président du parlement de la République centrafricaine, Abdou Karim Meckassoua, est différemment appréciée. Pour le FPRC, la destitution du PAN n’est pas d’ordre confessionnel. Dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction de Ndjoni Sango hier , le mouvement rebelle, le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), salue cette motion de censure ayant conduit à la destitution du président de l’Assemblée nationale.

Les groupes armés en République centrafricaine ont aussi apprécié les débats qui ont eu lieu le vendredi dernier à l’Assemblée nationale.

« Le bureau politique du FPRC a suivi avec beaucoup d’attention l’effort démocratique de Bangui qui s’est déroulé d’une manière pacifique. Le Bureau politique exhorte les ténors de la politique centrafricaine de continuer dans ce sens afin que le processus de l’initiative de l’Union Africaine puisse aboutir à la renaissance de Centrafrique » indiqué un communiqué du FPRC. 

Pour ce fait, le bureau politique du FPRC lance un appel au calme, à la retenue et au respect du processus de paix en cours.

« La destitution du PAN n’est pas d’ordre confessionnelle », précise le communiqué.

Par ailleurs, le FPRC félicite l’ex président de l’assemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua, de s’être soumis à la règle régissant le bon fonctionnement de l’assemblée nationale centrafricaine.

Il appelle les élus du peuple centrafricain à réfléchir mille fois dans l’intérêt de la nation. Car pour lui, l’heure est au vote des lois constructives, au suivi des actions gouvernementales et non à des querelles d’intérêt égoïstes.

« Le FPRC met à défi les élus à continuer de destituer des hautes personnalités qui ne manqueront de fouler à pieds les lois et les droits de la République. Tout à commencer par le PAN et finira par qui ? », conclue le communiqué.

Elu en 2016 pour un mandat de 5 ans, le président du parlement centrafricain, Abdou Karim Meckassoua, a été destitué le 26 octobre dernier, par ses pairs députés qui lui ont reprochés d’avoir violé les textes, commis des actes de malversations financières de la mauvaise gouvernance.

Commentaires

commentaires