Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : trois mois après la signature de la déclaration de Khartoum.

dialogue de Khartoum entre les groupes rebelles centrafricains@Caricaturiste Jonathan Dimmy

Par Mamadou NGAÎNAM

Bangui 23 novembre 2018—Ndjoni Sango : La crise en RCA dure depuis très longtemps. Depuis 2013 la République Centrafricaine est divisée. Les villes et les villages et des régions en majeur partie sont sous le contrôle des groupes armés, étant des groupes armés local, ainsi que des groupes armés des pays voisins. On pouvait avoir l’impression que le jour ne viendra jamais après la nuit.

Le jour est venu il y a 2 ans, quand le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra est venu au pouvoir. Il n’a pas seulement promis, contrairement aux autres, de garantir la sécurité dans le pays, mais il a réellement commencé à faire des démarches. C’est grâce à ses négociations avec les Russes qu’il a pu commencer le dialogue avec les leaders des groupes armés, un dialogue constructif aux yeux des Centrafricains.

C’est visible, comment les Européens essayaient de se mêler dans les affaires africaines. Dans quel pays que soit, s’il y a un conflit, systématiquement ils choisissaient un côté et en suite il faisait la guerre contre tous les autres ?

Ils ne parlent pas du choix des Africains, ils choisissaient une personne qui leur est convenable et ensuite ils tuaient les autres qui sont moins importants pour les Européens. Se mêlant dans les affaires des Africains, les Européens, comme ils sont habitués à faire, décident eux même pour les Africains et souvent contre les propres intérêts des peuples africains. La plupart du temps du sang a été versé à cause de cela.

Et qu’es qu’ils font les Russes ?

Ils sont venus après que Touadéra les aura invités, mais ils n’ont pas commencé à tuer leurs ennemies, ils sont devenus des médiateurs et ont pu réunir tout le monde atour d’une table pour des discussions. Les Russes non pas décidés pour nous qui nous est plus important et ils ne nous ont pas imposé leurs protégés. Les Russes se tiennent aux côtes des populations pour que la paix revienne sur le territoire national.

Il y a trois mois, la Déclaration de Khartoum a été signée entre les principaux leaders des groupes armés en Centrafrique. Il y a trois mois, les Centrafricains se sont réunis et ils ont décidé leur avenir. Le mouvement vers la paix et est décrit sur chaque page de la déclaration. Le Président Touadéra et les leaders des groupes armés vont discuter sur toutes les questions pour le retour de la véritable paix en République centrafricaine. Cela permettra de garantir la sécurité des civils. Et personne n’a mis le fusil à la nuque aux signataires pour qu’ils signent la Déclaration.

Le République centrafricaine est épuisée par la guerre si bien que le peuple centrafricain a besoin de soutien. Précisément de soutien et non d’un contrôle de l’extérieure avec l’aide des leaders fantoches.

Et c’est ce que font les Russes ?

Ils n’ont pas commencé, comme les autres le font habituellement, de tuer tout le monde sauf le leader qui leur est de profit. Ils ont laissé à la population de faire le choix de son destin.

La réconciliation c’est un grand travail qui prend du temps. La guerre et les conflits se passent depuis longtemps, les enfants deviennent des adultes, qui ne se souviennent de jours sans coups de feu. Bien sûr qu’attendre des résultats instantanés serrait trop optimiste. Mais les Russes sont les premiers qui ont pu déjà faire quelque chose. Et pourquoi ? La réponse est simple. Les Russes ont laissé aux Africains de résoudre les problèmes Centrafricains.

Personne ne pourra résoudre un problème Centrafricain mieux que les patriotes du pays. Même s’ils ont pris des armes et même s’ils sont différents concernant leur vision politique ou religieuse, ils restent toujours des patriotes. Indépendant de leurs côté un vrai patriote a de la douleur de voir le pays dans la situation d’aujourd’hui. Et c’est aux Centrafricains patriotes de résoudre ce problème.

Selon certains témoignages auprès de la population, les Russes sont les premiers qui sont venu aider pour de vrai. Ils sont les premiers qui n’essaient pas d’enlever le droit aux Centrafricains de décider leur destin. En aidant les Centrafricains, ils forment les FACA. Mais en faisant cela, ils n’obligent pas les Centrafricains à faire des choses qui leur sont d’intérêt de leur point de vue. Pour eux, les Centrafricains sont des partenaires et non des valets. Ils sont ouverts pour le dialogue, ils coopèrent avec les pays voisins, le Soudan, par exemple, sur des principes de respect mutuel. Et comme ils le font avec les Centrafricains, ils se comportent avec les Soudanais sans préjugés.

Une union tripartite entre la République Centrafricaine, le Soudan et la Russie pourra aider à bâtir la paix en Centrafrique qui a déjà beaucoup souffert. Il suffit de lire la Déclaration de Khartoum, il est clairement écrit que les Centrafricains doivent épargner aucun effort pour cesser le chaos et l’effusion de sang. Car, la population est fatiguée des tirs et de la faim.

Accepter l’aide d’autres Etats n’est pas interdit, mais il ne faudrait pas empêcher de faire le choix indépendamment. Il faudra le souligner, les Russes ne l’exigent pas. Ils font confiance et ils ne pensent pas que le peuple centrafricain est incapable de discuter. Les Centrafricains disent aux Russes pour leur avoir donné l’occasion de s’entendre. Mais maintenant c’est aux Centrafricains d’établir la paix. Car, ils ont la possibilité de le faire d’une nouvelle façon, comme les propriétaires de leur destin, comme des Africains.

Commentaires

commentaires